Isabelle Dethan
(scénario & dessin)

Sur les Terres d’Horus, tome 7 :

Neferhor ou la Quête d’Isis

Bande dessinée, histoire / antiquité / polar
Publiée le 19 novembre 2008 chez Delcourt

A Thèbes, le second prophète a été assassiné au sein même du grand temple de Karnak. Le prince Khaemouaset tente de faire là lumière sur ce tragique événement, mais les puissants prêtres d’Amen, dont l’aura grandit face au pouvoir royal, voient et d’un mauvais œil l’intrusion, dans leur monde très fermé, d’un fidèle de Pharaon. Khaemouaset aura fort à faire pour trouver le coupable et ainsi démontrer l’autorité de Pharaon, sans compter que sa bien-aimée Meresankh est la victime d’une terrible malédiction.

 

Ce tome 7 intitulé Néferhor ou la Quête d’Isis et paru en 2008 est un récit indépendant à l’exception d’un fil directeur secondaire qui nous mène à un bon vieux cliffhanger des familles…

A Thèbes, Nakhmout le Second Prophète d’Amon a été assassiné. C’est déjà la guerre froide entre Pharaon et le clergé d’Amon, donc Ramsès II charge son fils Khâemouaset de mener l’enquête en son nom pour montrer qui est encore le patron, quitte à inventer un coupable pour l’occasion. Sauf que le Grand Maître du Clergé d’Amon ne veut pas que le pouvoir royal se mêle de ses affaires, donc est prêt à inventer un coupable pour l’occasion encore plus vite… Où est la justice et la morale dans tout cela, on se le demande bien ?

Le pouvoir impose de gagner à tous les coups : et tant pis si la vérité est travestie au passage.

On utilise tous les trucs et astuces des cosy mysteries à la Agatha Christie avec une unité de temps, de lieu et d’action, des interrogatoires pour trouver des témoignages ou à défaut des pistes, et des investigations pour trouver des preuves ou à défaut des indices. Cui bono ? A qui pourrait bien profiter la mort d’un comptable intègre quand le trône et l’autel se dispute la récolte des impôts ? Oui, c’est encore une histoire d’argent ! Et force est de constater que dans un récit en un seul tome tout est trop facile et tout est trop rapide…

Alors oui Mery est devenue l’amante de Kha en plus de son assistante, et oui on développe le relationship drama entre les deux principaux personnages, mais on oublie vite tous les personnages introduits et/ou développés ans les tomes 5 et 6 et même Mery ne sert pas à grand-chose avec ces étranges statuettes qui lui parviennent chaque nuit. Elle s’en remet aux prières et au culte des morts, avant de régler directement la question avec Moutnedjemet qui ne cesse de la rabaisser et de lui pourrir la vie. Mais la vérité est plus cruelle encore qu’elle ne croit ! To Be Continued !!!

note : 7/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This