Thierry Gloris (scénario)
Jaime Calderon (dessin)

Valois, tome 2 :

Si Deus Pro Nobis,

Quis Contra Nos ?

Bande dessinée, histoire / moyen-âge 
Publiée le 23 janvier 2019 chez Delcourt

Sur les remparts d’une forteresse, Henri Guivre de Tersac et Blasco de Vilallonga se battent en duel. Blasco finit par avoir le dessus et se joue de son acolyte. Ce combat est un avant-goût de ceux à venir : le lendemain, la légèreté disparaîtra et leur armée, pion sur l’échiquier italien, se mettra en mouvement. Échiquier sur lequel est déjà posé un roi : Charles VIII.

Dans ce tome 2 intitulé Si Deus Pro Nobis, Quis Contra Nos ?, les guerres d’Italie battent leur plein et le roi valois Charles VIII doit successivement affronter le piège milanais des Sforza, le piège florentin des Médicis et le piège romain des Borgia et à chaque fois c’est mdr ! Chaque principauté italienne connaît son propre game of thrones national et chacune d’entre elles doit choisir son camp dans le game of thrones international qui voit s’affronter la France et l’Espagne, sans parler du game of thrones papal où entre deux médiations diplomatiques chacun est prêt à tout et au reste pour prendre le pouvoir et le conserver à l’image de Rodrigo Borgia et Giuliano Della Rovere…

Dans ce gros merdier le condottiere Vitellozzo Vitelli a oublié d’être con donc c’est tout naturellement qu’il passe des armées milanaises aux armées françaises. Et la Divine Providence et Thierry Gloris complotent conjointement pour faire monter en grade ses protégés qui finissent par être rattachés à la maison du Roi de France. En faisant le planton devant les appartements de leur nouveau suzerain, ils sont au premières loges des intrigues, des complots et des histoires de cul !

– WOOOOOOOH ! Foutredieu ! Jamais je n’ai connu telle jouissance. Giulia ?! Qui êtes-vous ?
– Une Latine, Charles ! Le sang d’une seule d’entre nous est plus chaud que celui de toutes vos vaccone (= grandes vaches) nordistes !
– Par ici, maintenant ?! Mais… Mais…
– Laissez-moi faire, Charles !
– WOOOOOOOH !

C’est là qu’on entre dans un quadrangle amoureux avec Henri Guivre de Tersac qui a flashé sur Giulia Farnèse plus âgée que lui et Blasco de Villallonga qui a flashé sur Lucrèce Borgia moins âgée que lui : cela ressemble au film Cyrano et d’Artagnan où les héros tombaient amoureux de Ninon de Lenclos et Marion Delorme (dans tous les cas les auteurs semblent avoir fait leur choix avec une Lucrèce Borgia qui ressemble trait pour trait à Scarlett Johansson)… Pour ne rien gâcher les détournements de bons mots sont légions : je ne m’étais pas autant amusé depuis Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ ! To Be Continued avec les chouettes dessins de Jaime Calderon et les chouettes couleurs de Felideus !!!

note : 8,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This