Julien Blondel (scénario)
Valentin Sécher (dessin)
d’après R.E. Howard

Conan le Cimmérien, tome 12

L’Heure du Dragon

Bande dessinée, fantasy / heroic fantasy
Publiée le 01 décembre 2021 chez Glénat

Sous les voûtes funèbres du mausolée de l’antique et cruel Empereur Xaltotun de Python, trois hommes dévorés par l’ambition viennent offrir au corps inerte du défunt souverain le cœur d’Ahriman, source d’immortalité qui lui appartenait jadis et ne lui fut retiré qu’au prix de sa vie. En échange de cette offrande, les trois hommes ne réclament qu’une chose : le monde. Or, il n’existe qu’un seul être capable de leur barrer la route, un cimmérien s’étant emparé du trône d’Aquilonie : Conan. C’est au creux de la plaine de Valkia que les armées de Conan et de Xaltotun vont s’affronter.​

Sache, ô Prince, qu’entre l’époque qui vit l’engloutissement de l’Atlantide et des villes étincelantes… il y eut un Âge insoupçonné, au cours duquel des royaumes resplendissants s’étalaient à la surface du globe… Robin Recht transforma alors une nouvelle de quelques pages en une BD de 70 pages alors que Julien Blondel transforma un véritable roman en une BD de 80 pages. Les voies de création sont décidément insondables (comme le fait que ces derniers toujours dans les bon coups ne soit jamais récompensés)…

Pour tout faire rentrer dans le moule, le scénariste réalise un sacré paquet de coupes mais cela ne nuit pas vraiment au récit. L’Aquilonie a connu pire qu’une révolte une révolution, et les Aquiloniens n’ont pas perdu au change en mettant sur le trône Conan le Cimmérien à la place du tyran Numedides. Mais désormais le barbare est la cible à abattre pour tous les ennemis intérieurs et extérieurs de son royaume. C’est ainsi qu’Orastes, Valérius, Amalric et Tarascus réveillent le sorcier Xaltotun de Python avec le Cœur d’Ahriman (qui lui ne rêve que de réveiller son ancien empire basé sur la magie noire et des sacrifices humains de masse)…

Robert Howard avait écrit ce roman pour tenter de s’ouvrir les portes du marché anglais et pour cela il n’hésite pas puiser très largement dans les chansons de geste arthuriennes. Mais le Texan n’est pas un troubadour anglais : tout le monde trahit tout le monde, et c’est une femme qui sauve le héros en détresse et pas le héros qui sauve une femme en détresse (et après il y a encore des commissaires littéraires pour parler d’auteur ringard, sexiste et raciste)…

– J’ai été plusieurs hommes, et j’ai eu plusieurs vies… J’ai été vagabond, mercenaire et chevalier… J’ai été de Zingara, de Poitan et de Baracha… J’ai été le Barbare, j’ai été le Cimmérien… J’ai été Main de Fer, et j’ai été Amra… Vous savez qui je suis. Ô dieux. Ô mes ancêtres… Je sais maintenant pourquoi… Vous m’avez vu combattre, et vous m’avez vu naître… Vous connaissez mon cœur… Vous savez tout de moi…. Je sais maintenant pourquoi : je suis devenu roi !

Tous les protagonistes du drame sont à la recherche du Cœur d’Ahriman, Graal Noir qui assure à son détenteur le pouvoir pour lui-même et seulement pour lui-même : Xaltotun de Python, les conjurés hyborien, les souverains de Stygie, Gandalf, Galadriel et Aragorn. Car oui Mon Précieux, ce Graal Noir n’est qu’une allégorie du pouvoir comme l’Anneau Unique de Sauron. Et si la plupart veulent s’en emparer certains veulent le détruire.

Mais la Quête du Graal est avant tout une quête spirituelle, et en parallèle de la course au Cœur d’Ahriman il y a un homme qui doit retrouver confiance en lui pour qu’un peuple retrouve confiance en son roi. Comme dans les chansons de geste arthuriennes, le roi et le royaume ne font qu’un et l’échec de Conan signifie le temps des malédictions et le succès de Conan signifie le temps des bénédictions. Mieux encore, le Cimmérien s’est trouvé une reine donc fonde la dynastie destinée à assurer la prospérité de l’Aquilonie. Mais ceci est une autre histoire…

Les graphismes réalistes voire hyperréalistes de Valentin Sécher sont magnifiques : qu’ajouter de plus ???
Sans doute qu’un tel récit aurait sans doute mérité une adaptation en 2 ou 3 tomes pour bien tout développer.

note : 8+/10

Alfaric

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This