MANGA HISTOIRE / XIXe siècle. Dans ce tome 7 bien plus calme que les précédents, ce qu’il reste du Byakurentaï déménage de Edo à Aïzu. Et après une rencontre avec le singulier Kaishu Katsu il font celle du non moins singulier Kanbee Sagawa. Sur le fond comme sur la forme Tsutomu Takahasi ne donne pas du tout dans le mainstream. Les graphismes sont très fins mine de rien, et on n’a besoin de tonnes de phylactères et d’onomatopées pour qu’on comprenne ce qui se passe tant ils sont expressifs (voire expressionnistes par moment).