Akamitsu Awamura (scénario)
Yû Satô (dessin)
d’après Akamitsu Awamura

The Alexis – Empire Chronicle, tome 3

Manga, fantasy / dark fantasy
Publié en VF le 06 janvier 2021 chez Doki Doki
Publié en VO à partir de 2018 par Square Enix dans MangaUP! (« Waga Gyouyuu ni Furueyo Tenchi – Alexis Teikoku Kouryuuki / 我が驍勇にふるえよ天地 ~アレクシス帝国興隆記~ »)

La province d’Eïdonia est en guerre et se retrouve plongée dans un stupide conflit engendré uniquement par la rancune de la maison Kriméria. Plus de trois mille soldats de l’armée krimérienne envahissent Eïdonia et font marche vers Eïdon, la capitale de la province. Mais, dans l’ombre, Eïdonia prépare minutieusement la riposte et les guerriers noirs se rapprochent du cœur de l’armée krimérienne. Lorsque résonnent les rugissements de Léonate, une grande bataille qui décidera du destin de l’empire s’engage.​

Dans ce tome 3 comme n’importe adolescent harceleur, le Prince Schardt utilise le pouvoir et l’argent dont il a hérité par copinage éhonté pour humilier son demi-frère Léonate… Le but du jeu est de semer le chaos et la désolation dans la province d’Eïdonia pour une futile rivalité féodale à propos de droits et de taxe, pour obliger de son ami d’enfance et compagnon d’arme Alan à lui couper les vivres après l’avoir humilié lui aussi. Comment dire ? Quand est-ce qu’on mettra le nez dans leur caca aux adolescents harceleurs et aux adolescentes harceleuses avant qu’ils / elles ne deviennent des adultes oppresseurs (d’autant plus s’ils sont bien nés et destinés à diriger la société) ???

Je reprend volontairement le vocabulaire des adolescents américanisés. Les autoproclamés « fresh air » largement supérieurs en nombre veulent réaliser une promenade de santé. Mais les présumés « cassos » ont une stratégie pour ne pas les laisser faire. Le Prince Schardt intelligent mais inexpérimenté se repose sur le Renard de Teumesse, animal politique spécialiste en survalisme, tout en devant se coltiner les délires d’enfant pourri-gâté de Keynes de Krimeiria. Ah ça oui, on aurait pu se passer de l’adolescente transformée en esclave sexuelle victime de ses fantasmes BDSM.

L’intelligence sans l’expérience ralentit la prise de décision. 

Le master plan des « gentils très gentils » est de ralentir les « méchants très méchants », tout en les mettant en confiance pour mieux leur botter le cul avec la blitzkrieg version Rommel dans les Ardennes. Et comme le dit le proverbe, l’orgueil précède toujours la chute (donc plus dure sera la chute pour cette saloperie de macronisme)…

C’est graphiquement très agréable malgré quelques gimmicks JRPG aussi horripilants que les gimmicks grimdark des machins à la GRR Martin. Toujours pas fan de Sheana censément être le pendant féminin de Machiavel, cliché de fanservice boobesque qui se comporte de manière immature en générale, et de manière cagolesque dès que Léonate est dans les parages (et je ne parle même pas de son délire autour des « récits folkloriques »)… Le cliffhanger est plus intéressant : la Team Alexis veut se tailler un fief pour servir de base arrière à leurs souhaits de reconquête, mais pour cela les réformistes d’en haut vont devoir affronter les révolutionnaires d’en bas. Alliance sacrée contre le Grand Capital, ou nouveau games of thrones à la con ? To Be Continued !

note : 6,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This