Tsutomu Nihei
(scénario & dessin)

Aposimz la planète des marionnettes, tome 6

Manga, science-fiction / Hard Dark / Planet Opera
Publié en VF le 21 avril 2021 chez Glénat Manga
Publié en VO à partir d’avril 2017 chez Kodansha Comics (« Ningyō no Kuni »)

Terrées dans les souterrains, Keisha et Titania se démènent pour ressusciter Essro, mais l’empire s’est lancé dans un plan impliquant de nouveaux réincarnés et un code artificiel afin de mettre la main sur les BAM. Pendant ce temps, Kajiwan ambitionne toujours de prendre le contrôle de la surface à l’aide de son culte !

C’est quand même bizarre que l’auteur qui avait éliminé tout ou partie de ses soucis dans sa série précédente retombe ici trop souvent dedans…

L’Empire de Revidor traque sans merci les protégés de Titania qui officie peu ou prou comme la Dame du Lac. C’est alors que les résistants reçoivent le renfort du déserteur Wassabu qui a une capacité de combat très faible, mais une capacité d’infiltration très forte…

Ça tombe bien, car Essro toujours en convalescence / reconstruction n’est plus en sécurité car Urbs Mortis la capitale flottante de l’Empire a mis la main sur la boîte en mégastructure dans laquelle il reposait. Wassabu survivant d’un peuple détruit par l’Empire qu’il a été obligé de servir idolâtrait la résistance, mais il découvre que ses héros portés aux nues agissent au petit bonheur la chance… Et le voici au centre de leur tentative pour exfiltrer Essro et les BAM des griffes de l’Empire quand le boss de fin Suo Nichiko fait son apparition ainsi que sa némésis Kawijan dont les lieutenants post-humains doté de super-pouvoirs se foutent joyeusement sur la gueule…

– Je m’attendais à ce que vous ayez un plan, au moins ! Les réincarnés d’élite se comptent par dizaines à Urbs Mortis ! Et on dit que leur puissance n’est rien face aux deux sentinelles qui escortent l’empereur… Déjà qu’on ne fait pas forcément le poids face à lui seul… J’étais persuadé que Madame Titania pourrait délivrer Essro en moins de deux, par magie ou je ne sais quoi… Ça m’épate que vous ayez tenu si longtemps avec ses méthodes !

C’est acté que l’Empereur voit l’avenir et peut donc manipuler le destin à sa guise. Mais d’une manière ou d’une autre Essro interagit lui aussi l’avenir et le destin. Du coup impossible de savoir si ce qu’on lit est la réalité ou les visions de l’un ou de l’autre… OMG on n’avait plus vu cela depuis l’affrontement entre le Christ et le Diable dans Vento Aureo ! (Jojo’s Bizarre Adventure Arc 6 les vrais savent, d’ailleurs comme dans l’œuvre de Hirohiko Araki il a des détournements de l’iconographie chrétienne genre la Pièta de Michel-Ange)

Au fil de ses œuvres, Tsutomu Nihei a considérablement épuré son trait. Mais ici son travail est inégal avec des cases qui pètent la classe et des cases qui manque clairement de finition pour ne pas dire de travail. Et on fait un joli droit de quota de flashbacks humaniste sur le gros beauf du tome précédent.. D’un côté je me suis enflammé avec les clins d’œil aux meilleurs moment de la saga Dragon Ball, et d’un autre côté j’ai été douché par le recours à des gimmicks éculés de la Planète Manga (les lolitas tueuses et les gitons pré-adolescents, si on pouvait s’en passer ça serait mieux hein)…

note : 6+/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This