Kamome Shirahama
(scénario & dessin)

L’Atelier des sorciers, tome 8

Manga, fantasy
Publié le 02 juin 2021 chez Pika
Série débutée en 2016 en VO

Après avoir réussi leur examen à l’Académie, Coco et les autres apprenties sorcières sont de retour à l’Atelier. C’est alors qu’arrive Tarta, qui propose à Coco et à ses amies de l’aider à tenir un stand lors du grand festival annuel des sorciers, la Fête de la Nuit d’argent. Excitées comme des puces à l’idée de prendre part à ces festivités, les petites sorcières entament les préparatifs. Alors que Coco accompagne Tarta voir son grand-père à l’hôpital, elle recroise le chemin de Kustas, le petit garçon qui s’était blessé lors de l’incident près de la rivière…

Ce tome 8 m’a retourné. Pourtant au départ j’allais râler sur le fait qu’on avait encore un tome de transition avec des ateliers cuisine et calligraphie, ou mode et shopping. Car la Team Kieffrey se propose de remplacer Monsieur Nornois à la foire de la magie d’Esrest lors de fête de la nuit d’argent. Mais je commence à bien connaître la mangaka Kamome Shirahama : si elle fait ça, c’est pour mieux nous endormir avant de nous assommer d’émotions fortes…

Grâce à Coco, Tarta a réussi a surmonter son handicap d’être atteint par la maladie de l’argentite. C’est donc tout naturellement qu’il veut aidé à son tour son ami Kustas en grande difficulté après avoir eu les deux jambes brisées lors d’un accident. Tarta et Kustas étudient la médecine et la pharmacie ensemble pour aider le plus de gens possible, et Tarta finit par avouer à Coco que pour sauver des vie il est prêt à briser tout les tabous de la magie (à savoir ne jamais lancer de sortilège sur une personne). Coco qui à cause des lois d’airain du monde de la loi d’airain ne peut pas aider sa mère victime d’un sort de pétrification ne le comprend que trop bien… Et c’est de la même manière que Coco ne comprend que trop bien aussi Kustas qui maudit sa vie de merde, et qui aimerait être né avec le don de la magie pour pouvoir changer le monde…

Les gens désespérés peuvent briser la cage de leur destinée.

Coco et Tarta travaille sans relâche pour améliorer le quotidien de Kustas à défaut d’améliorer le quotidien de l’humanité. Mais en tant que sorciers il vivent dans une réalité différente de la sienne et c’est uniquement en se mettant dans sa peau qu’ils parviennent à ses fin. Mais comme vous le savez, il n’y a pas de pire moment pour le malheur que de subvenir juste après un grand malheur…

ATTENTION SPOILERS Kustas et Dagda c’est peu Rémi et Vitalis. Dagda est le partenaire, le mentor et le père adoptif de Kustas qui orphelin n’a connu que le malheur. Pour payer ses soins après son accident, Dadga a abandonné le métier de ménestrel pour celui de mercenaire, et chaque jour il risque sa vie pour améliorer celle de son pupille. Et c’est en agissant ainsi qu’il attire vers lui des brutes patibulaires, et du massacre ne survit que Kustas grâce au cadeau de Coco et Tarta. Kustas qui n’a jamais été gâté par la vie fait la pire expérience de sa vie. Dans le monde de la magie même la mort peut être vaincue, mais l’élite autoproclamée préfère utiliser des sortilèges temporels pour que leurs bibelots brisés s’auto-réparent que de sauver des vies. C’est donc tout naturellement que de la Confrérie du Capuchon fait son apparition pour proposer à Kustas de passer du Côté Obscur de la Force… FIN SPOILERS

Comme Lois McMaster-Bujold, Kamome Shirahama penser et agit selon le motif de la spirale. Car à chaque génération il faut apporter de nouvelles solutions aux mêmes problèmes. Avec toute la bonne volonté du monde, que peuvent Coco, Tarta et Kustas face à des élites autoproclamées capables de manipuler les lois de la physiques pour se vautrer dans un luxe inouï peuplé de i-machins magiques qui ne servent à rien, mais qui refusent de lever le petit doigt pour améliorer les conditions de vie et de travail de « ceux qui ne sont rien » (macron copyright). Pire, en faisant croire que la magie est innée et non acquise, elles ont barré l’ascenseur social et brisé les rêves des populations avant de se constituer en caste héréditaire… Avec de telles autorités, les terroristes de la Confrérie du Capuchon ont de beaux jours devant eux : tout cela va mal finir en fiction comme IRL, avec des gens qui préfèrent la fin du monde à la fin de leurs préjugés et de leurs privilèges…

 

note : 8+/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This