Koyoharu Gotouge
(scénario & dessin)

Demon Slayer

tome 16

Manga, fantastique / horreur
Publié en VF le 17 mars 2021 chez Panini Manga
Publié en VO de février 2016 à mai 2020 par la Shūeisha dans le Weekly Shōnen Jump (« 鬼滅の刃 / Kimetsu no Yaiba »)

Tanjiro vient de commencer l’entraînement de Himejima, le pilier du rocher. Après les douches violentes sous la cascade, le transport de rondins de bois et le déplacement de rochers, Tanjiro finira-t-il par gagner l’approbation de Himejima ?! Au quartier général des pourfendeurs de démons, Muzan, qui a découvert la cachette de Nezuko et Ubuyashiki, s’apprête à frapper…

Je ne suis pas arrivé à me positionner sur ce tome 16. Il commence mal, il finit mal, mais entre le début et la fin on accélère le récit et on redistribue les cartes de manière efficace…

On commence donc par un séance de power-up aussi médiocre que les précédentes (avec pour ne rien gâcher un paquet de planches pas bien dessinées du tout). « Tout ce qui ne tue pas rend plus fort » donc on torture les jeunes pourfendeurs de démons on espérant qu’on obtienne que gars forts parmi ceux qui n’ont pas renoncé et qui ont survécu. C’est comme cela qu’on entraînait les soldats dans l’armée du Japon Impérial totalitaire, donc donner ça en exemple à la jeunesse du XXIe siècle c’est encore vouloir nous ramener dans l’entre-deux-guerres… Par contre un a un petit droit de quota de flashbacks sur le Pilier de la Terre Gyomei Himejima qui était pas mal !

L’éternité est esprit humain. L’esprit est éternel et immortel.

ATTENTION SPOILERS Ensuite le boss de fin débarque directement chez le chef mourant des pourfendeurs des démons. On nous sert un nouveau petit droit de quota de flashbacks, mais qui amène des incohérences dont se moque lui-même le boss de fin. Peu importe, Kagaya Ubuyashiki fait à Muzan Kibutsuji la même chose que Kenzo Kabuto contre le Doctor Hell dans la saga Mazinger (les vrais savent). Le boss de fin pensait avoir triomphé, mais il se retrouve cerné par les Piliers et leurs alliés au beau milieu de leur QG. Grosso modo le sprint final commence au 16e tome d’une série qui en compte 23, et pour ne rien gâcher on reprend la formule de Dragon Ball / Saint Seiya / One Piece / Naruto / Bleach et tutti quanti (que des titres édité par le Weekly Shonen Jump, quel hasard)… Et oui, le boss de fin n’est pas venu seul et les champions du bien vont affronter à un contre un les champions du mal, histoire de gratter des tomes avant que le héros puisse se frayer un chemin jusqu’au boss de fin ! FIN SPOILERS

On commence donc le sprint final par un combat entre Shinobu Kochō le Pilier de l’Insecte porteuse d’un bon paquet de clichés plus au moins sexistes, et Doma le Deuxième Lune Supérieure porteur d’un bon paquet de clichés plus ou moins suprématistes. Le méchant né avec une cuillère en argent dans la bouche ne comprend pas que les sans-dents qui ont une vie de merde se réconfortent en croyant à une vie meilleure après la mort, donc il s’est donné pour mission de tous les tuer pour qu’ils ne souffrent plus. Cela serait presque de l’humour noir si on ne savait pas que des gens pensant la même chose existent IRL, qu’ils appartiennent à l’élite, qu’ils occupent des postes à responsabilités et qu’ils prennent des décisions irrévocables qui impactent notre présent et notre avenir…

J’aurais pu me prêter au jeu, mais j’ai retrouvé les conneries « super fort / super faible » bleachiennes. On a nous a expliqué que la glycine est un poison mortel pour les démons, et on pouvait s’étonner que les pourfendeurs de démons ne l’utilisent pas massivement et systématiquement. Là on nous refait le coup du méchant qui régénère à l’infini, donc qui métabolise les poisons plus vite qu’on peut ne lui en inoculer. Et cela invalide tout ce qui a été précédemment dit dans la série juste pour gratter des pages avec un twist éculé… Soupirs…

note : 6-/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This