Hiroki Endo
(scénario & dessin)

Éden, tome 4 :

Vengeance

(pour public averti)

Manga, science-fiction / cyberpunk 
Publié en VF en janvier 2004 chez Panini
Publié en VO entre 1997 et 2008 par Kodansha dans Afternoon (« Eden – It’s an Endless World! / エデン イッツアンエンドレスワールド »)

Un mystérieux virus ravage la population humaine, rendant la peau dure comme de la céramique et entraînant la mort. Parmi les survivants : deux enfants (Hana et Enoa), naturellement immunisés, vont se trouver emportés dans la tourmente de la guerre. Le couple va quitter la base et se lancer dans un monde ravagé qui pourtant va commencer à se reconstruire, sous la botte des militaires, après qu’un moyen de bloquer le virus ait été découvert. Une vingtaine d’années plus tard, Elijah, l’enfant du couple, doit à son tour faire face à ce monde désolé et hostile…

Dans ce tome 4, pour récupérer le MacGuffin dont on ne nous a pas parlé mais est au centre de l’intrigue le Propater lance ses dernières forces dans la bataille. Après le massacre de qui vous savez dans le tome précédent, le récit se recentre sur le personnage de Kenji Asaï… Et encore une fois niveau toute la misère du monde Hiroko Endo se surpasse !

Kenji est élevé par son grand frère Ryuichi depuis que leur père a tué leur mère enceinte de leur sœur en la tabassant à mort. Mais les chiens ne font pas chats, et le grand frère ne fait qu’insulter, humilier et tabasser le petit frère quand il ne s’en sert pas de larbin (d’ailleurs il lui ordonne de tuer leur père grabataire dans un EPHAD, dans une scène inspirée d’un célèbre moment du film Le Cuirassé Potemkine). Ryuichi est un mafieux qui se la joue yakuza classieux, mais on voit bien qu’il ressemble plutôt à un psychopathe du ghetto (remember Dio Brando, les vrais savent).

Les enfants ignorent tout des peines de leurs parents.

Toujours est-il que la bande à Ryuichi est engagée comme « shadowrunners » pour infiltrer un labo clandestin du Propater. Et avec un agent sur place, tout devait se dérouler sans accroc. Sauf que dans ses plans tordus leur employeur qui s’est présenté sous une fausse identité souhaite que leur mission échoue, et qu’il n’y ait aucun survivant pour remonter jusqu’à eux. C’est donc tout naturellement qu’on a averti leur cible de leur arrivée. Au bout de leur cavale pleine de rebondissements, il ne reste plus que Kenji qui remplace Ryuichi par Nazarbaïev qui a la même philosophie nihiliste que lui : « ce qui ne te tue pas te rend plus fort »…

Tout cela nous est montré en flashbacks successifs pendant que Kenji affronte les soldats humains, les soldats inhumains et le boss de fin. Après le drame du tome précédent, Elijah arrive cette fois à temps pour peser dans la balance…

note : 7,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This