Louis (scénario)
Stéphane Créty (dessin)

I.S.S. Snipers, tome 2

Khôl Murdock

Bande dessinée, science-fiction / space opera 
Publiée le 25 août 2021 chez Soleil

La planète Khaliste 24 est prisonnière du traître Gunnar, un monstre modifié qui surclasse les Snipers eux-mêmes ! Incapables de se déployer car limités en autonomie les Snipers enragent. Une unité expérimentale et secrète a cette précieuse autonomie, on les appelle « les Loups ». L’avenir de l’humanité est entre les mains d’un seul loup et pas n’importe lequel, Khôl Murdock, l’alpha de la meute !​

L’illustration de couverture très « Space Wolves » de Warhammer 40000 était très séduisante. Mais autant le premier tome était un pot-pourri qui retombait sur ses pieds grâce à l’expérience de Jean-Luc Istin, autant ce deuxième tome scénarisé par Louis est aussi décevant qu’ennuyant…

On a compris que les I.S.S. Snipers étaient les chiens de garde la ploutocratie intersidérale, chargés de châtier tous ceux qui se rebellaient contre l’hypercapitalisme ultralibéral du reagano-thatchéro-macronisme. Et ici, ils doivent péter la gueule du gouverneur de la planète Khâliste-Z4 dénommé Maïakhil Gunnar, qui se serait emparé de technologies aliens dont les « créateurs de richesses » aimeraient bien s’emparer eux aussi…

Déjà c’est lourd en phylactères qui ne servent à rien. On dirait du Jean-Luc Istin sans les qualités de Jean-Luc Istin. Ensuite il y a plein de choses qui ne vont pas…
– il y a tout un bordel géostratégique qui ne tient pas la route du tout !
– il y a plein d’enjeux qui ne sont dévoilés qu’à quelques pages du dénouement
– il y a une amitié / rivalité entre Pavel Grigoritch et Khôl Murdock, mais cela n’apparaît qu’à la fin
Donc on a une planète avec 1 océan et 1 continent, et les envahisseurs sont obligés de s’emparer des usines de désalinisation pour avoir accès à l’eau potable. Je comprends bien que les envahis ont des stocks d’eau renouvelables, et que ce n’est pas le cas des envahisseurs. Mais si les envahisseurs sont suffisamment cons pour ne pas avoir de ressources en eau, ou pour ne pas avoir les moyens de se procurer des ressources en eau, c’est qu’ils sont cons comme leurs pieds !

– Je ne comprendrais vraiment jamais les bureaucrates qui nous envoient au charbon.

Entre Khôl Murdock envoyé en territoire ennemi qui raconte n’importe quoi façon blockbuster hollywoodien à la con, Pavel Grigoritch qui vient à sa rescousse et qui raconte n’importe quoi façon blockbuster hollywoodien à la con, et Maïakhil Gunnar qui doit se débarrasser de l’un et de l’autre et qui raconte n’importe quoi façon blockbuster hollywoodien à la con c’est vraiment la foire aux gros bourrins hollywoodiens qui racontent n’importe quoi hein…

On a l’amiral Boston 2.0 qui ressemble au Méta-Baron, on a le grand méchant qui ressemble à Ranxerox, et on a un boss de fin qui semble sorti d’un épisode lambda de la saga Resident Evil (donc qui ne ressemble à rien). Cerise sur le gâteau, on est plus ou moins dans le plagiat du Hercule de Jean-David Morvan. Donc je ne vais pas tortiller du cul pour chier droit : c’est un peu la honte, de faire du bouzin avec autant de bonnes inspirations !

Graphiquement, j’ai connu Stéphane Créty assisté par Juliette Créty et J. Nanjan plus inspiré qu’ici. Donc n’écoutez pas tous les sites officiels dont je ne citerais pas le nom qui vous disent que cet album est une grosse tuerie. Ils prouvent une fois de plus qu’ils n’y connaissent rien, et qu’ils racontent n’importent quoi pour toucher les 30 deniers d’argent qui vont bien, comme naguère un certain Judas Iscariote…

note : 4,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This