Hirohiko Araki
(scénario & dessin)

JoJo’s Bizarre Adventure, Arc 8 :

Jojolion, tome 20

Manga, fantastique / polar
Publié en VF le 07 juillet 2021 chez Delcourt / Tonkam
Publié en VO à partir de 2011 par la Shueisha dans Ultra Jump (« JoJo no Kimyou na Bouken – JoJolion / ジョジョの奇 »)

Après avoir réussi à immobiliser le docteur Wu, Josuke et ses compagnons remontent les archives du laboratoire du Rokakaka, dissimulé au sein même de l’hôpital. C’est là qu’ils découvrent son mystérieux directeur, un individu dont on ne voit jamais le visage. De qui s’agit-il ?! De son côté, Tsurugi vit un drame dans son école. Il ne reste plus qu’une semaine avant la récolte du Rokakaka !​

Malgré ses défauts / limitations, il est très fort cet Hirohiko Araki. Au compte à rebours de la récolte du nouveau rokakaka, il ajoute en foreshadowing un nouveau compte à rebours : manipulé par son père victime devenue bourreau adepte du reagano-thachéro-macronisme, un enfant va tuer celui qui a tout sacrifié pour le sauver…

Il y a toute une partie horreur scolaire avec une élève gravement blessée dont on accuse une mère ou son enfant d’être la cause son « accident ». Alors nous avons les enfants harceleurs qui adorent torturer psychologiquement leurs victimes, les enfants harcelés qui ne rêvent que d’infliger à leurs bourreaux les mêmes souffrances qu’ils subissent eux-mêmes en tant que victimes, les parents qui se crêpent le chignon à longueurs de temps, les enseignants qui ne peuvent pas faire autre chose que compter les coups car les enfants comme les parents sont en embuscade pour les planter à la première occasion avec la complicité pour ne pas dire les encouragements de la hiérarchie bien planquée derrière ses tableurs excel et ses diaporamas powerpoint.

Cela me donne l’occasion de parler des recteurs, véritables « Ponce Pilate » de l’Éducation Nationale, lieu de perdition qui considère le vice comme vertu et la vertu comme vice. Je pourrais parler de Jean-Michel Blanquer, ancien recteur de l’Académie de Créteil bien connu pour avoir baissé son froc devant tous les lobbies possibles et imaginables à commencer par celui des fondamentalistes musulmans. Je pourrais aussi parler de Charline Avanel qui voulait condamner Samuel Paty pour « non respect de la laïcité et de la neutralité » suite aux gesticulations du militant islamiste Abdelhakim Sefrioui aujourd’hui mis en examen « complicité d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste ». Samuel Paty a été décapité par un illuminé pour avoir défendu la liberté d’expression, mais Charline Avanel est toujours en poste et continue de penser qu’il a ceux qui sont tout et ceux qui ne sont rien, le tout aux frais du contribuable bien évidemment.

Mais on pourrait aussi cité Christian Philip qui comme n’importe quel dictateur asiatique s’est moqué de l’immolation par le feu d’une enseignante au lycée Jean-Moulin de Béziers. Et c’est partout comme cela en France, donc on comprend pourquoi tout fout le camp dans ce pays dirigé par une toute une caste de Tigellin prêts et au reste pour le pouvoir et l’argent quitte à sacrifier le monde entier dont ils n’ont que faire. Quand les gens ne se laisseront plus faire, il va avoir pénurie de goudron et de plumes…

La force et la faiblesse. Il n’y a rien d’autre.

Il y a aussi tout une partie horreur médicale dont j’ai déjà largement parlé précédemment. La Team Josuke continue ses investigations à l’hôpital universitaire TG, et après les morts de Poor Tom, de Tomoki Wu et de Ryo Shimosato, elle se met en quête du mystérieux directeur Satoru Akefu. Malgré tous leurs efforts, le vieil homme âgé de 89 semble toujours leur échapper. Pire, on dirait que ce dernier les laisse le traquer pour mieux les attaquer. Josuke, Yasuho, et Mamezuku ne comprennent absolument rien au fonctionnement du stand qui les assaille : OMG on dirait Silver Chariot Requiem en pire (Vento Aureo, les vrais savent)… Si l’un des stands les redoutables de la saga JoJo’s Bizarre Adventure passe du Côté Obscur de la Force, nos héros vont en baver hein ! Donc, c’est To Be Continued !!!

On se doute bien que Toru toujours au mauvais endroit au moment mauvais à faire sa langue de vipère est plus louche tu meurs, mais l’auteur continue à introduire ici et là de nouveau personnages dans la dernière ligne droite de son récit. Donc il est toujours aussi passionnant à court terme, toujours aussi confusant à moyen terme, et toujours aussi incohérent à long terme…

note : 6,5/10

Alfaric

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This