Yasuhisa Hara
(scénario & dessin)

Kingdom, tome 16

Manga, histoire / antiquité
Publié en VF le 15 avril 2019 chez Meian
Publié en VO depuis 2006 par la Shueisha dans le Shuukan Young Jump (« キングダム »)

Des révélations sont faites sur le passé de Kyou, qui comptait jadis parmi les Six Grands Généraux de Qin. Sur le champ de bataille, alors que la confrontation entre les deux généraux en chef des deux armées semble toucher à sa fin, Riboku, l’homme qui se trouve derrière le plan d’invasion de Zhao, attaque tout à coup par surprise… Comment la grande guerre entre Qin et Zhao se conclura-t-elle ?

Tome 16 énorme conclusion et condensé des tomes précédent dans un déferlement de bruits et de fureur ! De la grande tragédie, où le destin aveugle et farceur joue avec des milliers d’existence. Tellement farceur d’ailleurs, qu’en s’acharnant le vainqueur du jour ouvre la voie à ceux qui ultérieurement vont causer sa perte. Plus haut est le sommet, plus vertigineuse est la chute…

Gros droit de quota de flashbacks sur la princesse guerrière Kyou massacrée la veille de son mariage avec l’Oiseau Colossal de Qin. Ouki est sorti de sa retraite uniquement pour la venger quand il a appris qu’Houken reprenait du service comme commandant en chef des armées de Zhao. Les hommes de Moubu pensaient leur dernière venue quand les hommes d’Ouki tombe à bras raccourcis sur les hommes de Chôsou. Le général en chef de Qin traverse les lignes ennemies juste pour avoir sa revanche contre Houken. Allez hop, c’est reparti pour une grosse baston à la Hokuto no Ken ! (dommage que les hallebardes des antagonistes se plient comme du bambou sans jamais se briser ou s’endommager, c’est trop WTF pour une série qui se veut quand même « réaliste »)

Mais au moment où Ouki est sur le point de remporter son duel et où les soldats de Qin sont sur le point de remporter la victoire, Riboku rejoint le champ de bataille entouré de falaises, et les 100000 hommes de l’armée secrète de Zhao bloquent tout possibilité de retraite avec 100000 hommes ! Pour nos héros ce n’est même plus la victoire ou la mort, c’est traverser toute l’armée ennemi dans l’espoir de sauver sa peau… C’est Dieu pour tous et chacun pour soi !!!
Privé de sa vengeance par une flèche traîtresse tiré par un crevard bien planqué, Ouki se donne pour dernier objectif de faire la nique au master plan de Riboku, c’est-à-dire sauver le plus d’hommes possible. Malgré un discours de légende, il ne serait arrivé à rien du tout sans Moubu en mode bulldozer, Tou en mode berserker et Shin en mode search & destroy !!

[Ouki] Après avoir marqué cette époque de ma lame, je suis heureux d’être emporté à mon tour par la morsure de l’acier. Je pars sans regrets, car j’ai entrevu l’ère qui est le point de s’ouvrir. Je vais enfin pouvoir retrouver tous mes compagnons d’armes tombés avant moi… J’aperçois déjà Kyou qui me sourit.

Tous les personnages vantent l’intelligence à la fois divine et diabolique du virtuose Riboku, mais sa tactique est toujours la même. Prendre l’ennemi par surprise avec une supériorité numérique écrasante, et si l’ennemi ne laisse pas ses plans se dérouler sans accro il sort de sa boîte son guerrier invincible pour découper en rondelles toutes formes de résistances. Bon je sais que l’auteur a une affection toute particulière pour le personnage auquel il avait consacré un prototype de Kingdom, mais quand le personnage adepte des supercheries et des trahisons se lance dans les leçons de morale j’ai juste eu envie qu’il crève. Parce que cela me rappelait trop le double langue du reagano-thatchéro-macronisme (« faites ce que je dis, mais jamais ce que je fais »)…

A vaincre sans péril Monsieur Riboku, on triomphe sans gloire ! D’ailleurs il n’a même le temps de savourer les fruits de sa victoire qu’il a déjà une cible dans le dos. L’invasion de Qin par Zhao pendant l’invasion de Han par Qin n’avait pour but que d’amener Ouki sur le champ de bataille, et en lui agitant Houken sous le nez il a réussi à le prendre au piège. Donc il a tout planifié juste pour éliminer celui qu’il considère comme son plus grand rival. Mais ce faisant il s’en crée d’encore plus dangereux, et les derniers morts et actes d’Ouki vont modeler à jamais ceux qui vont être ses pires cauchemars :
– rendu responsable de la défaite donc de la mort d’Ouki, le général Moubu se remet en cause non pour laver son honneur mais pour réparer son erreur
– tout le monde s’est rendu compte qu’un monstre pouvait en cacher un autre, et avec la mort d’Ouki le maréchal Tou devient général avec pour seul objectif de venger son seigneur
– le héros de shonen nekketsu reprend tous les éléments du Héros aux mille et un visages… en perdant son mentor, Shin est obligé de devenir plus grand et plus noble pour reprendre son flambeau
L’Oiseau Colossal de Qin rejoint sa bien-aimée aux Champs Elysées. Il a sauvé ce qui pouvait l’être, et en plantant les graines de l’avenir il est plus que jamais celui qui a été à la frontière de deux monde. Ribokou pensait être le au centre du « nouveau monde » en tuant le champion de « l’ancien monde », mais rien n’est moins sûr car les expériences reagano-thatchéro-macroniennes ont toujours mal fini. En épilogue l’homme de confiance du Roi Sho livre donc les dernières paroles de son souverain au prince Ei Sei. Et Shôbunkun pleure toutes les armes de son corps…

Que dire ? Ouki est mort debout, et son dernier acte sur terre a été de confier sa précieuse guandao à Shin. Jusqu’à sa mort, il sera sur les traces de Riboku pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Et outre Moubu et Tou, il va ne cesser de se faire des alliés pour parvenir à réaliser cet objectif. Plus que jamais le destin est en marche ! To Be Continued, Oh Yeah !!!

note : 9,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This