Eiichi Kitano
(scénario & dessin)

L’Oxalis et l’Or, tome 4

Manga, histoire / XIXe siècle
Publié en VF le 18 août 2021 chez Glénat Manga
Publié en VO à partir de 2019 par la Shueisha dans Ultra Jump (« Katabami to Ougon / 片喰と黄金 »)

1849. Amelia et Conor, maîtresse et domestique démunis, luttent pour survivre pendant la Grande Famine. Dans l’espoir de devenir riches du jour au lendemain, ils quittent l’Irlande pour la Californie, afin de participer à la ruée vers l’or. Isaiah leur a confié une tâche à accomplir sur la route de Saint-Louis : trouver des alliés de valeur. Pleins d’enthousiasme à l’idée de rencontrer ces compagnons encore inconnus, ils viennent de monter dans le train, quand un inconnu jette Conor sur les rails !

Dans ce tome 4 Amélia et Conor continue leur odyssée vers la Californie, mais l’étrange dandy Isaiah leur a donné un gage : ils doivent rejoindre Monsieur Morales dans le Kentucky en ramenant des compagnons de voyages intéressants…

 

La 1ère partie m’a un peu laissé de marbre malgré tout la bonne volonté manifestée…

Amélia veut que le train ralentisse pour que Conor la rejoigne et le dénommé Théodore D. Judah veut que le train accélère pour son épouse Anna ne le rejoigne pas. Il y a tout un relationship drama entre le mari qui ne sait s’il doit sacrifier sa famille pour construire son rêve ou s’il doit sacrifier son rêve pour construire sa famille. On est dans le mélo et Amélia ruse pour les réunir, et pour les amener au point de rendez-vous donner par Isaiah dans le Kentucky.

L’ingénieur et l’irlandaise sont aussi têtus l’un que l’autre et aussi immature l’un que l’autre, donc c’est sur un navire à aube qu’ils se lancent mutuellement un défi pour être le chef de leur expédition vers l’Ouest.

Pour info Théodore D. Judah est l’homme qui a réalisé le tracé de la première ligne ferroviaire à rallier la côte atlantique à la côte pacifique (du coup cette partie est une mine d’information sur l’histoire du rail).

– Les gens sont mes ennemis. Les Blancs me dénonceront par « sens de la justice ». Les Noirs, eux, me dénonceront pour avoir de l’argent de poche !… Les chasseurs ont le droit de tirer. S’ils me touchent à la jambe, on leur dira bravo. S’ils me touchent à la tête, on leur dira tant pis… Si je survis, ils me ramèneront. Je serai marqué au fer rouge. On me coupera les tendons. On me fouettera pour l’exemple. Des dizaines, des centaines de coups, jusqu’à ce que ma chair soit déchirée, évidée, mon dos déformé…

La 2ème partie était plus intéressante, car arrivés à leur étape dans le Kentucky nos expatriés irlandais sont confrontés à l’esclavage.

Déjà tous les esclaves demandent à Amélia si les esclaves blancs existent parce qu’ils sont tous persuadés que Conor est son esclave… Cela met à rude épreuve les certitudes et les sentiments d’Amélia, qui se pose beaucoup de question sur la relation maître / serviteur. Les personnages sont les derniers membres de leur clan, et ils ont survécu à la pauvreté, à la famine et à la maladie, à la criminalité et au cannibalisme. Pire ils sont survécu en mangeant le corps du frère de Conor…

Ensuite on choisit d’aborder la question sous un angle pertinent. On appose Ross qui n’a connu que le meilleur de l’humanité et Noble qui n’a connu que le pire de l’humanité. Il y a eut les abolitionnistes, mais avant eux il y a ceux qui rachetaient les esclaves pour les émanciper voir les ramener en Afrique (d’où la création du Libéria), et encore avant eux il y avait ceux qui rachetaient les esclaves pour leur offrir un cadre de vie plus humain (ce qu’avait fait Lafayette en Guyane avant la révolution française). Parce que libérer les esclaves c’est bien, mais si c’est pour qu’ils finissent dans la rue ça ne sert à rien. Dans l’histoire de l’esclavagisme, il y eut beaucoup de tentatives d’abolition mais le principal obstacle a souvent été les esclaves eux-mêmes qui préférait la servitude en étant logés, nourris et blanchis plutôt que la liberté de mendier (c’est très bien expliqué dans la saga Arslan par exemple)…

L’excellent Robert A Heinlein se posait toutes ses questions dans sa nouvelle La Logique de l’Empire : qui est à blâmer des hommes ou du système ? Et quitte à blâmer les hommes faut-il accabler ceux qui ont mis en place le système, ceux qui en vivent pour ne pas dire en profitent, ou ceux qui refusent de le réformer ou de l’abandonner car il y a trop de pouvoir et d’argent qui y sont rattachés ???

ATTENTION SPOILERS Sur un coup de tête Ross s’enfuit et emmène Amélia dans sa cavale. Il doit franchir au plus vite la frontière du Kentucky dans l’espoir de retrouver sa liberté. Mais avec tous les chasseurs d’esclaves aux trousses, les choses s’engagent assez mal. Et Amélia ne saint pas à quel saint se vouer : doit-elle l’aider à s’échapper ou doit-elle le faire échouer pour s’échapper elle ? FIN SPOILERS To Be Continued, Oh Yeah !

note : 7-/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This