Moare Ohta
(scénario & dessin)
d’après Hitoshi Iwaaki

Parasite Reversi, tome 2

(pour public averti)

Manga, science-fiction / horreur
Publié en VF le 01 septembre 2021 chez Glénat
Publié en VO à partir de 2018 par Kodansha dans Comic DAYS (« Kiseijuu Reversi / 寄生獣リバーシ »)

Fukami voit son partenaire se faire éliminer par un parasite. Le voilà en première ligne avec son témoin, le jeune Tatsuki. Tous deux sentent quelque chose de différent dans l’affaire qui les concerne, un élément qu’on ne trouve pas dans les « boucheries » qui sévissent partout : l’intention criminelle…

Décidément, à l’image de ses personnages Moare Ohta ne se laisse pas facilement saisir… Effectivement nous sommes dans un Parasite / Kiseiju inversé :
– dans l’œuvre d’origine, tout était centré sur Shinichi coincé entre des créatures anthropophages et les autorités qui essayaient de les étudier pour mieux les éliminer (finissant presque par changer de camp en comprenant que l’humanité ne valait pas mieux que lesdites créatures anthropophages)…
– dans cette relecture, on alterne les points de vue des créatures anthropophages et des autorités qui essayent de les étudier pour mieux les éliminer, et personne ne sait si le laconique Tatsuki élevé par son père comme un véritable « khmer vert » est un allié ou un ennemi…

Tatsuki fils du politicien Hirokawa semble porter toute la misère du monde sur les épaules. Son visage transmet des émotions intenses, allant de la colère à la tristesse, mais il faut le pousser dans ses retranchements pour qu’il lâche un mot. Le mangaka sème le doute, car impossible de savoir si ce qu’il nous dit donc ce qu’on nous montre est la vérité ou le mensonge… Tient-il plus de son père fondamentaliste écologiste, ou de sa défunte mère véritable humaniste ? Tatsuki considère qu’une nouvelle espère se nourrissant d’être humains plus qu’une punition divine est un juste retour des choses pour l’équilibre de la planète. Mais quand se sont ses proches qui se font massacrer et dévorer, ses convictions idéologiques sont mises à rude épreuves !

– Tu ne dois pas fumer. Ne fais pas de fumée, tout court. Ça salit la planète.

Dans un tome court mais intense, les deux premiers chapitres sont terrifiants. Car l’auteur met en scène de jolie tranches de vie, avant de les conclure dans le sang et les larmes de la pire des manières possibles. Pour le reste nous avons une tragédie familiale avec un père et un fils qui ne se comprennent pas, sauf que cette relation est au cœur d’un conflit entre deux espèces pour la domination de la planète…
Il reste un « Facteur X », et ce dernier pourrait bien être un Shinichi passé du Côté Obscur de la Force. Selon l’héritage Stan Lee à grands pouvoirs grands grandes responsabilités. Et selon l’héritage Go Nagai celui qui possède de grands pouvoirs peut à la fois devenir Dieu ou devenir Diable. Et si Tatsuki était confronté à quelqu’un qui avait choisi de devenir Diable au lieu de devenir Dieu ? To Be Continued, Oh Yeah !!!

Pour finir, l’auteur choisit des graphismes hybrides compatibles à la fois avec le classicisme de Hitoshi Iwaaki et avec les canons du manga moderne. Je ne peux que saluer tous les détails qui ont été usités pour récréer une ambiance fin années 1980 / début années 1990 bien que la hype Tokyo Ghoul soit passée par là entre-temps. C’est là qu’on sent le différence entre un auteur à fond et un bon vieux gros tâcheron !

note : 7,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This