Kaiu Shirai (scénario)
Posuka Demizu (dessin)

The Promised Neverland, tome 16

Manga, SFFF / thriller
Publié en VF le 19 août 2020 chez Kazé
Publié en VO entre août 2016 et juin 2020 par la Shūeisha dans le Weekly Shōnen Jump (« 約束のネバーランド / Yakusoku no Nebārando »)
Pour percer le mystère de la « fille au sang maudit », Emma et Ray ont repris le chemin des Sept Murs. Une fois la porte passée, ils se retrouvent prisonniers d’un univers qui ressemble étrangement à Grace Field House mais où règne une inquiétante atmosphère. Perdus dans ce labyrinthe qui se joue des lois de l’espace et du temps, parviendront-ils à trouver la sortie ?​
On ne va pas se mentir : nous sommes au tome 16 sur 20, donc le compte à rebours est lancé… It’s « The Final Countdown » !!!
J’ai encore entendu dire des lecteurs et des lectrices dire « mais qu’est-ce que c’est moche ! », et je leur répond « mais qu’est-ce que vous êtres mal-comprenants ! » Car j’ai beau avoir beaucoup de sympathie pour les graphismes de Posuka Demizu, ils ne sont pas vraiment le point fort de la série. Après comme je l’ai déjà il faut être prêt à s’investir dans une série dans laquelle l’univers fait grandement évoluer les personnages et dans laquelle les personnages font grandement évoluer l’univers (avec fatalement le risque que cela évolue tellement qu’on ne reconnaisse plus ce qu’on a aimé au début)…

D’un côté on nous montre un Ray âgé et amnésique qui ne sait plus si Emma est morte au vivante : les auteurs jouent avec nos nerfs en faisant un flashforward qui donne l’impression d’être du foreshadowing à long terme alors qu’il s’agit de foreshadowing à court terme… Car les deux personnages sont prisonniers d’un labyrinthe à 7 dimensions et ils espèrent parvenir au roi-dieu des démons (grosso modo on est dans un Cube arcanepunk dont la clé est la supériorité de l’esprit sur la matière)…
D’un autre côté « William Minerva » affirme avoir changé d’avis et missionne Don et Gilda pour retrouver Mujika et Sonju. Ils ne sont pas dupes du tout, et soupçonne immédiatement Ayshe traqueuse et chasseuse muette bi-classée snipeuse et dresseuse d’être l’exécutrice de ses basses œuvres. Monumentale erreur ! Car celui qui guide les gros bras de la Ferme Lambda n’est pas celui qu’on croit !!!

– C’est vrai que ce démon mangeait de la chair humaine… Mais il était mon père ! C’est qui appris à parler et qui m’a éduquée ! Il ne m’a pas élevé comme une pièce de bétail, mais comme sa propre fille ! Il était ma seule et unique famille !

Je vous laisse découvrir les arcanes de « la Promesse » qu’on ne peut réaliser qu’au-delà des « Sept Murs », pour vous parler du reste qui tire clairement l’ensemble vers le haut. D’un côté on a un droit de quota de flashbacks consacré à un démon qui se comporte comme un homme en rompant avec les siens, et d’un autre côté on a un droit de quota de flashbacks consacré à un homme qui se comporte comme un démon en trahissant tous les siens (Julius Ratri et Griffith mêmes combats : on est dans la crevardise to the max et les vrais savent !).
Car le monde a été fracturé en deux :
– des deux côtés une élite autoproclamée exploite un autre peuple pour mieux asservir son propre peuple
– des deux côtés un humaniste torturé et radicalisé est prêt à commettre un génocide pour sauver son propre peuple

Diviser pour régner : les crevards ont-ils déjà gagné ? Ray et Emma peuvent-ils empêcher « William Minerva » de commettre l’irréparable ? Mujika et Sonju peuvent-ils empêcher Geelan de commettre l’irréparable ? Alors que Don et Gilda sont au centre d’un « qui va éliminer qui ? », les autres personnages au centre de la guerre des mondes vont devoir passer des pactes faustiens et/ou des alliances impies pour éviter que la révolution mondiale ne dégénère en guerre totale ! Nous sommes à 3 jours de la Tifari où tout va se jouer : c’est plus que jamais To Be Continued, Oh Yeah !!!

note : 8/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This