Marie & Thierry Gloris (scénario)
Joël Mouclier (dessin)

Reines de sang : Cléopâtre la Femme Fatale, tome 3

(pour public averti)

Bande dessinée, histoire / antiquité
Publiée le 22 janvier 2020 chez Delcourt

À Rome lors de la fête de la fertilité, la vestale, officiant au sacrifice d’une vache rituelle, annonce à César un grand malheur. Ce dernier prend les choses à la légère, il a déjà fort à faire avec la volcanique Cléopâtre qui lui a donné un fils : Césarion. Cet héritier est un caillou dans la sandale du Sénat mais attention, si Cléopâtre est une souveraine indomptable, elle est une mère bien plus sauvage.

Dans ce tome 3, César homme persuadé que les hommes doivent avoir le pouvoir s’engueule avec Cléopâtre femme persuadée que les femmes doivent prendre le pouvoir. Cicéron s’invite dans leur scène de ménage en mode DSK / Weinstein, bien mal lui en prend et c’est bien fait pour sa grande gueule qui lèche le cul des forts avant de cracher son fiel contre les faibles ! Ah ce mec n’est qu’une grosse merde dans une toge en soie, et il explique qu’« il suffit d’exciter la soif de sang la populace et de laisser faire » : oui mais non car ce sont bien les élites de mes couilles qui ont trahi et tué César et pas le peuple (de la même manière que c’est les « élites » qui porté Hitler au pouvoir et pas le peuple, n’en déplaise aux « élites » persuadées que les vainqueurs peuvent réécrire l’Histoire à leur guise), et c’est « la populace » qui aura finalement la peau de ses assassins qui la méprisaient tant…

Oui parce qu’entre prétendues valeurs nationales et bonnes vieilles dégueulasserie suprématistes, les autoproclamées élites entièrement constitués de rentiers décident de massacrer celui des leurs qui a choisi le camp de la populace (parce que pour ceux qui le saurait pas encore Caius Julius Caesar était un optimates qui avait rejoint le camp des populares parce que les optimates avaient assassiné son père protecteur du peuple). Cléopâtre et Marc-Antoine sont les premiers noms sur la liste noire des élites autoproclamées, et nous leur cavale hollywoodienne qui sent bon le pulp ! Le Romain se la joue baroudeur pétri d’honneur, et en remerciement la gréco-égyptienne lui confie les fonds et les réseaux nécessaires à l’organisation de la résistance…

La réalité est implacable : le pouvoir corrompt tous ceux qui l’approchent.

La femme fatale se retire du game of thrones romain qui n’est qu’une nouvelle nuit des longs couteaux qui n’en finit plus d’ensanglanter toute la Mer Méditerranée. Nous le suivons par ellipse tandis qu’elle se consacre à l’éducation de son fils Césarion, et tout cela nous le voyons à travers les yeux de Ptolémée XIV énième demi-frère qui contrairement aux autres est la gentillesse incarnée. Entre deux leçons de politique il joue au voleur avec un fils du peuple, jusqu’au jour il voit ce qu’il n’aurait jamais dû voir et qu’on le tue pour cela…
Chez les petites gens on a des valeurs que les grands n’ont pas, qu’ils n’ont jamais eu et qu’ils n’auront jamais : pour que la mort de son ami ne reste pas impuni, il demande audience à Pharaonne pour obtenir vengeance ! Et c’est ainsi qu’elle est rattrapée par le game of thrones romain et qu’elle finit convoquée par le vainqueur de la Bataille de Philippes où les Libérateurs ont été taillés en pièces par les Césariens. Et cela ne lui plaît pas du tout : To Be Continued !

note : 8,5/10

Alfaric

2 Commentaires

  1. Aelinel Ymladris

    Je ne connaissais pas cette BD. Je la note dans un coin de ma tête. Merci pour la découverte.

    Réponse
    • Alfaric

      De rien. Et puis un « Cléopâtre » en 4 tomes, c’est quand même autre chose que le stand alone de Glénat en 48 pages…

      Réponse

Répondre à Alfaric Annuler la réponse.

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :