Tsutomu Takahashi
(scénario & dessin)

Sidooh, tome 7

(pour public averti)

Manga, histoire / 19e siècle
Publié en VF en mai 2008 chez Panini
Publié en VO de 2005 à 2010 par la Shûeisha dans le Shuukan Young Jump (« 士道 »)

Une année s’est écoulée depuis que le Byakurentaï s’est installé à Edo. Après un entraînement draconien, Shotaro et Gentaro ont acquis une excellente maîtrise du sabre. Désireux de tester leurs limites, ils décident de s’inscrire à un grand tournoi…

​Dans ce tome 7, une année s’est écoulée depuis le sabordage du navire noir dans le port de Yokohama. Ce qu’il reste du Byakurentaï s’est installé à Edo, et tandis que les frères Shotaro et Gentaro cherche à devenir plus forts, Mozu et Samejima récolte des fonds grâce à leurs arnaques à la voyance (ça marche toujours ce genre de trucs)…

En participant au tournoi de l’Assemblée du Sabre les deux frères attirent, de manière bien différente, l’attention du dénommé Kaishu Katsu, célèbre samouraï, militaire et politicien à la tête du « ministère de la modernisation ». L’aîné se propose de devenir son disciple, mais le senseï les recommande à Kanbee Sagawa fine lame du du fief d’Aizu, principal foyer des partisans du Bakufu donc des ennemis des « partisans de l’empereur » que sont les membres du Byakurentaï…

– Vous voyez ce type ? Je vais l’étaler en un seul coup !
– Insolent ! Tu devrais avoir honte ! Ce genre de commentaire est contraire à l’éthique du bushido !
– Depuis quand est-ce qu’on a besoin d’éthique pour s’entre-tuer ?

Shotaro, Gentaro, Mozu et Samejima déménage donc au pied du Mont Bandaï pour faire la connaissance d’un drôle de bonhomme. Car Kanbee Sagawa teste immédiatement la maîtrise du sabre des deux adolescents qui malgré leurs qualités se font surclasse. Le cadet se tape la honte de sa vie, mais comme il n’a qu’une parole il va devoir se faire seppuku : To Be Continued !

Ah sur le fond comme sur la forme Tsutomu Takahasi ne donne pas dans le mainstream. C’est toujours sombre et violent mais si ici c’est à ce niveau un tome plutôt reposant. Les graphismes sont très fins mine de rien, et on n’a besoin de tonnes de phylactères et d’onomatopées pour qu’on comprenne ce qui se passe tant ils sont expressifs (voire expressionnistes par moment).

note : 7,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This