Tsutomu Takahashi
(scénario & dessin)

Sidooh, tome 8

(pour public averti)

Manga, histoire / 19e siècle
Publié en VF en septembre 2008 chez Panini
Publié en VO de 2005 à 2010 par la Shûeisha dans le Shuukan Young Jump (« 士道 »)

Après leur défaite respective face à Kanbee Sagawa, les frères Yukimura comprennent qu’ils auraient beaucoup à apprendre des habitants d’Aïzu. Gen et Sho se trouvent alors à un tournant de leur existence. Abandonneront-ils la gloire des batailles au profit d’une vie paisible ?

Ce tome 8 m’oblige à revoir mon avis sur toute la série, et je redevrais réécrire mes chroniques des premiers tomes en conséquence. Non Sidooh n’est pas un Rainbow inversé, Sidooh est en fait un Rainbow au XIXe siècle (leurs auteurs respectifs sont de la même génération, les mêmes causes, les mêmes effets, et tutti quanti)…

Après avoir connu les affres de la pauvreté avec la faim et la maladie, Shotaro et Gentaro on survécu à l’enfer suprématiste de Maître Rugi où l’homme est un loup pour l’homme. Après que ce dernier les ait envoyé faire la guerre à la place avant de les abandonner à leur triste sort, ils trouvent dans la province d’Aïzu un havre inespéré pourtant fief de ceux qu’on les avait envoyé combattre. Au pied du Mont Bandaï, ils trouvent ce qu’on leur a toujours refusé : une main tendue sans aucune arrière pensée…

– Si tu veux jeter ta vie, moi je vais la ramasser.

Après avoir connu les affres de la pauvreté avec la faim et la maladie, Shotaro et Gentaro on survécu à l’enfer suprématiste de Maître Rugi où l’homme est un loup pour l’homme. Après que ce dernier les ait envoyé faire la guerre à la place avant de les abandonner à leur triste sort, ils trouvent dans la province d’Aïzu un havre inespéré pourtant fief de ceux qu’on les avait envoyé combattre. Au pied du Mont Bandaï, ils trouvent ce qu’on leur a toujours refusé : une main tendue sans aucune arrière pensée…

Pour Shotaro c’est une révélation, et sous la supervision de Kanbee Sagawa il s’améliore en tant que guerrier et en tant qu’homme au point d’envisager devenir époux et père avec Mozu qui a renoncé à la voie de la criminalité. Pour Gentaro en guerre contre la terre entière, c’est une thérapie, de choc d’abord, de groupe ensuite. Et en se rapprochant de la jeune Kikuno atteinte de surdité, il ne ménage aucune effort pour apprendre à lire et à écrire pour entendre à sa place et parler à sa place… Pour celui a qui ont toujours dit qu’il ne fallait penser qu’à soi, se mettre au service de quelqu’un d’autre est une véritable rédemption !

Mais nous sommes dans la Guerre de Boshin, et les vaincus de la Bataille de Sekigahara 250 ans plus tôt soutiennent un Empereur fantoche dont ils ont assassiné le père pour mieux abattre un Shogun fantoche manipulé par ses conseillers. Le Byakurentaï repart en guerre, mais cette fois-ci dans le camp du Bakufu ! To Be Continued, Oh Yeah !!!

J’adore le style du mangaka. Il alterne impressionnisme et expressionnisme avec une maîtrise du découpage qui force le respect. Il n’a donc aucun besoin de lourds phylactères et d’onomatopées géantes pour nous transmettre toutes les émotions du monde, des plus belles aux plus laides… Que voilà un bel artiste comme on en voit trop peu !

note : 8,5/10

Alfaric

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This