Tsutomu Nihei

Aposimz la planète des marionnettes, tome 2

Manga, science-fiction / cyberpunk / biopunk / Planet Opera
Publié en VF le 16 janvier 2019 chez Glénat Manga
Publié en VO à partir d’avril 2017 chez Kodansha Comics (« Ningyō no Kuni »)

Devenu une marionnette régulière, Essro a acquis un pouvoir surhumain. Aux côtés de Titania, l’étrange automate qui lui sert de guide, il arpente un monde glacial et dévasté avec une seule idée en tête : la vengeance.

Dans ce tome 2, Essro devenu une marionnette rouge est en quête de vengeance et traque une à une les marionnettes noires de Revidor surnommé les Réincarnés :
– en affrontant les jumeaux maléfiques Eil et Eim, il fait la rencontre de Keisha la marionnette blanche venue de Xueiv Syap et elle aussi en quête de vengeance contre Revidor
– en affrontant le fourbe et vil Eeyu, il retrouve Biko de la poutrelle à la macle blanche transformée en machine de guerre dressée pour le tuer

– Cet automate vient des profondeurs du niveau des vestiges… Une trentaine de soldats sont morts pour le ramener à la surface ! Si vous parvenez à le vaincre, nous exaucerons tous vos vœux !
– Quelle blague… On n’a aucune chance…

Après un tome 1 enthousiasmant, le mangaka retombe un peu dans ses travers dont j’avais espoir qu’il se débarrasse : on n’a aucune idée des distances parcourues, on a aucune idée des temps écoulées, le worldbuilding est nébuleux, le technicbuilding est nébuleux, les personnages vont et viennent sans être développés voir sans se dévoiler, on fait évoluer les concepts en cours de route sans prévenir (la marionnettisation n’est plus une maladie fulgurante et fatale, mais une maladie lente dont l’issue n’est pas forcément la zombification), et comme les questions arrivent plus vite que les réponses les enjeux sont tout sauf clairs ! (s’il s’y a plus de contact entre la surface et l’au-dessous depuis la dernière guerre à cause de la mégastructure, comment à l’intérieur d’APOSIMZ est-on au courant des manigances de Revidor à l’extérieur et comment Dame Titania a-t-elle pu rejoindre la surface ?)
Après l’univers Hard Dark techno-horrifique est toujours intriguant, le mélange Star Wars / Matrix est toujours très cool et les affrontements entre super-héros et super-vilains en armure insectoïdes à la Kamen Rider sont toujours dantesques… et c’est plus que lui, dans un univers 100% SF Tsutomu Nihei ne peut pas s’empêcher de mettre de la Fantasy avec un paladin en armure sur un cheval caparaçonné…

note : 6/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This