Norihiro Yagi

Ariadne, l’empire céleste : tome 2

 

Manga, science-fiction / arcanepunk
Publié en VF le 04 septembre 2019 chez Glénat
Publié en VO le 18 juillet 2018 par le Weekly Shōnen Sunday (« Ariadne in the Blue Sky »)

Adoubé Chevalier de l’Azur, Lashil accompagne la princesse Leana dans son voyage dans l’inconnu. Mais des poursuivants les assaillent dès leur première étape et un combat entre « détenteurs de photons » s’engage…

Dans ce tome 2 Lashil et Leana sont en quête de la Vallée de Gulliver (sic). L’idée force de l’auteur est toujours de montrer aux lecteurs et aux lectrices son nouveau monde à travers les yeux de deux personnes qui n’en connaissent rien, à savoir une princesse rebelle enfermée dans une tour d’ivoire et un adolescent qui a été conçu comme une arme de guerre mais qui s’est enfui du laboratoire qui l’a produit pour se réfugier dans un trou perdu. Force est de constater qu’il se présente en deux parties bien distinctes :
– dans une 1ère partie, Lashil affronte seul la garde royale d’Ariadne pour que Leana puisque conserver sa liberté et son libre arbitre… Beaucoup d’action mais aussi de grands discours, car la force de l’espoir et de l’amitié doit l’emporter ! Toutefois ce n’est pas un combat épique car finalement les antagonistes retiennent leurs coups car ils défendent la même cause et les mêmes valeurs à commencer par le simili jedi dénommé Löw…

– Le Chevalier d’Azur et les trois autres chevaliers célestes sont des soldats au statut très singulier parmi les forces armées d’Ariadne. Ils n’appartiennent à aucun corps et ne rendent comptent à nul supérieur. Ces guerriers sont la loyauté pure et ne reçoivent d’ordre que de celui qui l’a adoubés. C’est l’apogée de al garde rapprochée. Pour nous gardes royaux, ce titre est l’objet de toutes nos aspirations. Cet insigne… nous donnerions tout pour le détenir.

– dans une 2e partie, toujours dans leur road-movie arcanepunk Lashil et Leana doivent faire halte dans un village vin-bos … Si le mangaka avait presque su éviter le fanservice dans Claymore, quand il se lâche il n’y va pas de main morte : le village vin-bos est intégralement peuplées de géantes bimbos vêtues de mini-bikinis et vivant de la traite de leurs boobs… Hommes asservis, femmes otages, enfants en fuite : Lashil et Leana doivent délivrer une communauté exploitées par les laquais du Grand Capital (et malgré sa naïveté le héros percevalien lâche des infos sur les horreurs qu’il a vécues), pour qu’une mégacorpo anonyme puisse faire fructifier ses comptes bancaires offshore au mépris des gens et de l’environnement ! Dans les genres de l’imaginaire comme IRL l’hypercapitalisme et l’ultralibéralisme purs produits de la ploutocratie veulent nous trouver, nous amener tous et dans les ténèbres nous lier, au Pays de Mordor où s’étendent les ombres… (De toutes les manières si on ne fait rien, dans moins de 5 siècles grand maximum il n’y aura plus de ressources viables sur terre et riches ou pauvres tout le monde crèvera la gueule ouverte !)

note : 7,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This