Norihiro Yagi
(scénario & dessin)

Ariadne, l’empire céleste : tome 3

Manga, science-fiction / arcanepunk
Publié en VF le 04 septembre 2019 chez Glénat
Publié en VO le 18 juillet 2018 par le Weekly Shōnen Sunday (« Ariadne in the Blue Sky »)

En quête d’inconnu et de liberté, Lashil et Leana explorent une mine de l’imprévisible peuple Vin-bo. Mais un soldat puissamment armé leur tend une embuscade et, lorsqu’il réalise qu’il est face à un détenteur de photons, déchaîne sa fureur. Acculé dans ses derniers retranchements, que peut faire Lashil ?

Oh qu’est-ce qu’il est riche et bien rempli ce tome 3, truffé pour ne rien gâcher de foreshadowing ! Mais par où commencer ? Par le classique « il était une fois »…

Il était une fois un univers où l’énergie photonique* faisait tout y compris le café, il y en avait 8 sources, et 8 cités volantes en possédaient chacune une. Puis les élites de Barbarosse décidèrent qu’elles valaient mieux que les autres et décidèrent de s’emparer des sources d’énergie photoniques des autres cités. Ce fut alors « la Guerre de Barbarosse » qui s’acheva avec la destruction de « l’Empire de Barbarosse »… Cela ressemble quand même vachement au Japon durant le premier XXe siècle ! A l’issu du conflit les sources d’énergie photoniques furent déclarées zones neutres ouvertes à tous les survivants des 7 cités volantes restantes, et les détenteurs de photons furent déclarés « armes de destruction massive » à tout jamais interdites donc à éliminer de toute urgence. L’un de d’entre-eux se sacrifia pour que ses les plus jeunes d’entre eux puissent s’enfuir : on parle désormais des onze disparus, Lashil est l’un d’entre eux et celui qui s’est sacrifié pour les sauver était son frère aîné…

Chassez le naturel il revient au galop… Dans Claymore, les personnages étaient eux aussi des cobayes et des armes vivantes destinées à utilisées, sacrifiées et détruites après usage (un vieux classique de la Planète Manga qui dure depuis Cyborg 009 voire au-delà). Nous suivions à la fois leur quête de libération et de vengeance, mais restait en suspens la question du retour à la normale dans un monde sans guerre. C’est ici la question de pose le mangaka. Lashil qui a tout perdu dans le conflit voit dans les chiens triprunelles le moyen d’assouvir sa colère, le mercenaire cyborg qui a perdu son frère et la moitié de son corps dans le conflit voit en Lashil détenteur de photons le moyen d’assouvir sa colère mais tous sont des victimes enfermées dans un éternel cercle de haine…

En pendant ce temps dans les 7 cités c’est la guerre froide entre royalistes pacifistes et militaristes impérialistes, et la guerre civile couve entre les deux partis : la première d’entre elle qui verra son équilibre politique rompu sera celle qui déclenchera une nouvelle guerre mondiale, et c’est mal parti pour Ariadne la cité dont Leana est la princesse héritière…

Lashil arrive à ne pas devenir Colère car il comprend que tout le monde n’a pas eu comme lui la chance d’avoir pu bénéficier d’environnement bienveillant pour l’aider à se reconstruire. Et c’est par comparaison qu’il parvient à cette compréhension : il retrouve son camarade Ash, un beau-gosse froid, courtois mais impitoyable (on t’as reconnu Isley du Nord !), puis il retrouve sa camarade Louloulola, une lolita entourée d’une armée de monstres qui pour protéger sa psyché a préféré l’oubli et la folie (ouais c’est un peu voire beaucoup la fille cachée de Priscilla et de Riful de l’Ouest)…

– Du moment que je vois le monde, peu m’importe la destination.

Lashil et Leana sont peu ou prou les successeurs de Son Goku et Bulma au début de la saga Dragon Ball, et leur roadmovie arcanepunk passe par le village vin-bo, la Vallée de Gulliver, le Braiment du Dragon d’Eau, le Corridor des Sables, le Dédale des Bois et la métropole de Leflare le domaine de la lumière. Mais ils sont plus que cela car on emprunte beaucoup trop aux récits de Jonathan Swift pour que cela soit fortuit. Et les réminiscences de la WWII en Asie et les allusions aux politiciens actuels qui aimeraient bien que le Pays du Soleil Levant redevienne une puissance militaire ne doivent pas être fortuites non plus (ah ça non le gouvernement japonais ne viole pas sa propre constitution en achetant des armes, il se contente juste d’acheter des « systèmes de défense » comme des avions de chasse, des frégates, des hélicos, des tanks et des missiles)…
Tandis que Lashil assiste Louloulola qui veut mettre la branlée à ses lieutenants jaloux les uns des autres qui l’ont suivi depuis le Dédale des Bois, Leana part à la rencontre de celui qu’elle voulait rencontrer dans le monde de la surface : le cliffhanger de fin est excellent ! ATTENTION SPOILERS car il s’agit de son propre père, roi en exil enchaîné à son bureau FIN SPOILERS

* Ah l’énergie photonique, comme dans la trilogie des super-robots Mazinger Z / Great Mazinger / Grendizer de Go Nagai qui lui aussi avait de sérieux comptes à régler avec le Japon impérial militariste et suprématiste…

note : 8/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This