Norihiro Yagi
(scénario & dessin)

Ariadne, l’empire céleste : tome 4

Manga, science-fiction / arcanepunk
Publié en VF le 02 janvier 2020 chez Glénat
Publié en VO le 18 février 2019 par le Weekly Shōnen Sunday (« Ariadne in the Blue Sky »)

Leana et Lashil voient s’ajouter à leur joyeuse formation Louloulola, une amie d’enfance de ce dernier. À Leflare, un domaine de la lumière, ils obtiennent de précieux renseignements pour leur destination à venir au cours de leur périple. Leur objectif est désormais la Lumière Primordiale. Un nouveau pan pour l’odyssée de Son Altesse et de son chevalier servant !

Finalement le passage à la ville n’aura été que de courte durée, et je me suis sans doute un peu enflammée puis que Leana appelle à la fois père et maître le mystérieux exilé à qui elle vient demander conseil. Car la fugue de la princesse rebelle n’est pas une coup de tête mais bel et bien une véritable quête : trouver la Lumière Primordiale pour résoudre non pas les problème énergétiques de sa cité d’origine mais ceux du monde tout entier (OMG les reagano-thatchéro-macroniens s’étranglent de rage : quelle affreuse égalité de traitement entre puissants et manants, dans un univers bien fait comme le nôtre cela n’arriverait ô grand jamais !)

Ce qui est bien avec le mangaka Norihiro Yagi, c’est qu’à chaque tome ses univers s’agrandissent et/ou s’approfondissent. Il nous avait montré l’opposition entre « volants » et « rampants », la compétition pour l’énergie photonique entre les cités du ciels et les royaume de la terre, l’équilibre en train de se rompre entre partisans de la guerre et partisans de la paix, les peuples Ri-Sous / Souris et Vin-Bos / Bovins, sans oublier un chouette foreshadowing autour des « Onze Disparus », les guerriers photoniques qui devaient être détruits et dont certains avaient survécu grâce au sacrifice du grand frère de Lashil.

Changer de tenue est un acte qui va au-delà du simple renouvellement de sa garde-robe. Certains se plaisent à dire que ce type de cérémonials s’apparente à une ablution.

Et voici que nous découvrons le peuple Pin-Las / Lapins, victimes de la malédiction des Almirajs. Périodiquement le pacifique peuple des Pin-Las / Lapins voient naître des simultanément 4 mutants dotés de super force, super endurance, super vitesse et super intelligence en plus d’être capables de manier intuitivement la lumière lunaire comme source d’énergie. Mais les mutants unicornes ressemblent plus à des requins qu’à des lapins : ce sont des Cavaliers de l’Apocalypse dotés d’une ambition dévorante au sein d’un peuple qui en est dépourvu… C’est ainsi que le trio Leana / Lashil / Louloulola viennent en aide au misanthrope Professeur Dato et son flegmatique assistant Popol comme eux en quête de la nécropole des Men-Sis / Simiens légendaires détenteurs de tous les secrets de l’’énergie photonique. Humains et Pin-Las s’allient pour rattraper les pilleurs de tombes du dénommé Jiura, et tout le monde se retrouve sous terre pour affronter toutes les embûches laissées derrières eux par un Men-Sis particulièrement en colère !
ATTENTION SPOILERS Sauf que Jiura est l’Almiraj de la Domination, que Popol est l’Almiraj du Savoir, et qu’il y a en boss de fin de niveau un Men-Sis véritable être d’énergie se régénérant presque à l’infini… Lashil vaincra-t-il Jiura à temps pour venir épauler Popol et Louloulola dans leur guerre d’usure contre un être censément invincible ? To Be Continued ! FIN SPOILERS

 

Le mangaka joue à fond sur le côté Dark Lolita / Lolita Badass de Louloulola, et on retrouve peu ou prou tous les gimmicks de sa précédente et très bonne série Claymore, mais à part cela nous sommes en présence d’un très bon shonen qui pourrait très vite faire oublier la concurrence truffée de clichés et ce malgré des personnages stéréotypés…

note : 8/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This