Kenta Shinohara

Astra – Lost in Space, tome 4

Manga, science-fiction / Space-Opera / dystopie
Publié en VF le 18 septembre 2019 chez Nobi Nobi !
Publié en VO entre mai 2016 et décembre 2017 dans le Shônen Jump+ (série complète en 5 volumes)

En explorant la planète Icriss, quatrième étape de leur long périple à travers l’espace, l’équipage B5 est tombé sur un vaisseau identique à l’Astra. Le dénommé « Ark 6 » leur redonne non seulement l’espoir de pouvoir reprendre leur voyage, mais renferme également une découverte inattendue…
De nouveau convaincus qu’ils ont encore une chance de rentrer chez eux, Kanata et ses camarades s’attèlent à la réparation de leur vaisseau. Mais au fil des discussions, les lycéens commencent à comprendre pourquoi ils ont tous été réunis ici… L’heure de la révélation a sonné !

Dans ce tome 4, le mangaka continue de durcir le ton. Piégés entre les faces brûlante glacées de la planète Icriss dont l’anneau équatorial toujours crépusculaire est peuplé de créatures hostiles mi-animales mi-végétales (Lovecraft Power !), l’équipe B5 mieux fait face et fait front… La découverte de l’épave de l’« Ark 6 » permet de réparer l’« Astra » qui était gravement endommagé et de repartir vers les étoiles et la fin de leur odyssée. Alors on développe la relation entre Zack et Quitterie pour faire du comic relief, et du comic relief il y en a fortement besoin !
Les adolescents découvrent ce qui les lient donc ils découvrent qu’on leur a menti sur tout : on n’est même pas dans une Expérience de Milgram, mais dans une opération de nettoyage menée par crevards friqués à la recherche de l’immortalité. Ceux sont des cobayes qu’on a décidé d’éliminer collectivement pour faire disparaître les preuves de leurs crimes avant de se faire choper par la justice. Le droit de quota de flashbacks plein de familles dysfonctionnelles prend ainsi tout son sens, car en découvrant ce qu’ils sont ils doivent choisir qui ils sont… (j’aime bien le fait qu’adultes ils voudraient reformer le nouvel équipage de l’Enterprise, alors qu’ils forment déjà un nouvel équipage de l’Enterprise : amies et amis fan de Star Strek, vous savez de quoi je parle)

– Peu importe les gènes. Les gens que je fréquente… Les expériences que je vis… C’est moi qui choisis tout cela. J’ai changé grâce à ce voyage et j’en suis heureuse.

Les adolescents découvrent dans son caisson cryogénique une Belle au bois dormant, l’exploratrice russe Polina Livinskaya qui aurait passé 12 ans en hibernation après avoir perdu tous ses compagnons. Et en semant des petits des petits cailloux blancs on sème également le doute et on finit par poser la question qui fâche : et si c’était à l’humanité toute entière qu’on avait menti sur son identité, vu que nos adolescents ne savent pas ce qu’est « la Terre » ?

Kenta Shinohara n’a visiblement pas aimé que son récit soit catégorisé humour et non science-fiction donc il lâche les chevaux : on entre dans l’anticipation, la hard science et la dystopie avec le clonage et le transfert de mémoire, les trous de vers et la manipulation de l’Histoire… Pas sûr que nos naufragés de l’espace soient bien accueillis à leur retour, car ne dit-on pas que le premier qui dit la vérité il doit être exécuté. Mais au retour de son odyssée, n’est-ce pas Ulysse qui a exécuté les prétendants qui avaient mis sa patrie en coupe réglée ? C’est très agréable cool de lire une série qui se bonifie de tomes en tomes… L’univers a fait évolué les personnages, donc est-ce que les personnages vont faire évoluer l’univers ?

note : 7,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This