Kamome Shirahama
(scénario & dessin)

L’Atelier des sorciers, tome 5

Manga, fantasy
Publié le 23 octobre 2019 chez Pika
Série débutée en 2016 en VO

En plein second examen de sorcellerie, Agathe, Trice et le timide Yinny se font attaquer par un sorcier renégat de la Confrérie du Capuchon. Celui-ci utilise un sort interdit pour transformer Yinny en bête sauvage… Coco, Tetia et Kieffrey sont eux aussi dans une bien triste posture : ils sont encerclés par les anciens habitants de Romonon, qui semblent vouer une haine farouche aux sorciers. Comble de malheur, Kieffrey est gravement blessé… Comment vont-ils s’en sortir ?

Un tome 5 très simple et très efficace certes, mais surtout très intense et très riche en émotions !
La loi contre le chaos, l’ordre contre l’anarchie, une des plus vieilles donc une des meilleurs histoire du monde… Pour les conservateurs de l’Académie des Chapeaux Pointus Coco est à la fois « une faible roturière » qui ne mérite pas qu’on s’intéresse à elle et « une dangereuse prolétaire » qui doit être surveillée à défaut d’être éliminer, mais pour les révolutionnaires de la Confrérie du Capuchon Coco est « l’enfant de l’espoir » à la fois nouvelle et dernière chance d’offrir aux peuples du monde entier les possibilités infinies de la magie… Pour progresser dans sa voie et libérer sa mère du maléfice du sort qui l’a pétrifiée Coco va-t-elle basculer du Côté Obscur, qui comme chacun le sait est plus facile et plus rapide ? Mais dans la lutte des classes quel est le véritable Côté Obscur, si tant est qu’il y en ait un ???
D’un côté Kieffrey et ses alliés affrontent Sasaran le sorcier invisible, d’un autre côté la Team Coco doit unir ses forces pour rendre à Yinny l’humanité qu’on lui a retirée. Pour les uns comme pour les autres soumis à la tentation de la magie interdite, le seul espoir repose sur les frêles épaules de la jeune Trice qui n’a connu que l’égoïsme et qui dans l’urgence absolue doit apprendre l’altruisme…

– La magie change le malheur en bonheur.
– La magie ne nous a pas aidés, nous. Lorsque quelqu’un tombait malade on le changeait on statue. Quant aux vieillards, ils finissaient en bas-reliefs. Sans parler des pauvres qui étaient vendus aux pays voisins. Tout comme les laids et les faibles… Puis ce fut au tour de ceux qui contestaient cette tyrannie. Nous avons passé plusieurs millénaires sous terre, dans l’indifférence générale. Notre fureur n’a fait que croître avec les ans.

Le droit de quota de flashback des uns et des autres est excellent. Entre Messire Ysheath le vice-capitaine de la Milice Magique qui veut que rien ne change et Egween l’Oeil du Monde des magiciens renégats qui veut que tout change, nos apprenties sorcières doivent trouver une troisième voie loin du TINA, donc doivent trouver leur propre voie… Ce n’est pas la fin, ce n’est que le commencement ! Et comment ce tome a-t-il commencé justement ? Par un concours de devinette au fond d’une grotte (tiens ça me rappelle quelque chose Mon Précieux), où Coco devait libérer un peuple maudit pour toute l’éternité par ses élites autoproclamées qui s’étaient érigées en ploutocratie mondialisée… C’est tout sauf un hasard, bien évidemment…

Kamome Shirahama est une grande mangaka, et elle en n’est pas à son coup d’essai : de grandes heures restent à venir pour nous autres lecteurs et lectrices !

note : 8,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This