Unicorn Studios (scénario)
Felix IP (dessin)
d’après Josev

Blood & Steel

Tome 1

Manga, histoire / wuxia
Publié en VF le 27 mars 2015 chez Kotoji
Publié en VO à partir de 2011 chez long Li Comics (« Wu Dao Kuang Zhi Shi / 武道狂之詩 »)

Le jeune escrimeur du clan Qingcheng, Yan Heng est descendu de la montagne pour « tester son épée » : il a blessé grièvement Chen « le sabre démoniaque » au cours d’un duel, ce qui lui a permis d’être promu au rang de « disciple avancé ». Un corps d’expédition venu de Wudang a apporté une plaque en bois sur laquelle est gravé « invincible sous le ciel, supérieure dans le monde des arts martiaux ». Ils ont gravi le mont Qingcheng avec l’intention d’en découdre ! Song Dehai, persuadé d’avoir toutes les qualités pour être promu à la tête du clan Qingcheng, a été vaincu par Xi Zhaoping de l’école Wudang qui lui a brisé le bras droit, mettant ainsi fin à sa carrière d’escrimeur. Les « corbeaux noirs », le corps expéditionnaire de Wudang, possèdent une force guerrière et une envie de meurtre qui dépassent l’imagination et font trembler les escrimeurs de l’école Qingcheng !

Que se passe-t-il quand des pratiquants passionnés d’arts martiaux décident d’adapter en manhua les romans de Josev, pratiquant passionné d’arts martiaux ? Un gros revival wuxia : wuxia power, wuxia forever !!! C’est ainsi qu’à bien des égards la série Blood & Steel pourrait être un nouvel épisode, que dis-je un nouvel espoir dans la saga fleuve de Jin Yong intitulée Les Chants du chasseur d’aigles (qui consciemment ou inconsciemment a autant inspiré Starwars de George Lucas que La Forteresse cachée d’Akira Kurosawa)…

Nous suivons le récit à travers les yeux de Yan Xiaolu, jeune prolétaire étudiant en arts martiaux qui malgré ses dons innés a bien du mal à se faire accepter dans un univers dominé par une minorité qui bénéficie du droit du sang ou du droit de l’argent… Sauf qu’à travers la séculaire rivalité entre bouddhistes et taoïstes nous suivons également un nouvel avatar de l’affrontement entre le Bien et le Mal… C’est donc tout naturellement qu’on suit les affrontements sans merci entre Jedis gardiens des traditions et Siths dévorés par l’ambition !

« Invincible sur cette terre ». Quatre mots si simple à prononcer… Quel combattant n’a jamais rêvé de prononcer ces mots ? Mais combien ont eu l’audace de le faire réellement ?

Nous sommes dans le récit d’apprentissage et le surdoué suit son chemin jusqu’au jour où les envoyés de la Confrérie de Wudang, ayant sombré du Côté Obscur de la Force, somme la confrérie de Qingcheng de leur prêter allégeance ou de les vaincre séance tenante par le poing ou par l’épée ! Song Dehai affronte ainsi le monstre Xi Zhaoping, mais malgré tout sa science et toute sa vaillance il est vaincu et mutilé… L’heure est grave, et Qui-Gon Jinn, euh pardon He Zisheng, armé des épées « Tigre et Dragon » est obligé d’affronter Ye Chenyuan, armé des épées « Eau et Feu »… le monde des arts martiaux ne sera plus jamais le même, et l’équilibre dans la Force à jamais rompu à moins que de vaillants héros ne reprennent le flambeau ! To Be Continued !!!

Les dessins ne sont pas aussi réalistes et aussi aboutis que dans le Vagabond de Takeshi Inoue, mais mieux que la bonne humeur et la bonne volonté on sent le talent et l’ambition : quand l’équipe d’Unicorn Studios aura amélioré le charadesign et les finitions, on côtoiera les bouddhas du wuxia ! (quel dommage que le tome 2 soit épuisé à cause de ces salopards de vautours littéraires qu’il faudra bien un jour éliminer malgré leur appuis hauts placés pour pouvoir enfin lire à satiété)

note : 8/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This