Colin Johnson (scénario)
Ken Chou (dessin)
D’après Kennedy Xu

Daomu, pilleurs de tombes (partie 2)

Comics, fantastique / horreur
Publié en VF en septembre 2016 chez Les Humanoïdes Associés
Publié en VO en 2011 (« The Lost Tomb / 盗墓笔记 »)

À la mort de son père, qu’il n’avait pas vu depuis 10 ans, Sean Wu apprend qu’il appartient à la famille des Daomu, pilleurs de tombes depuis 21 générations. Son oncle le convainc alors d’assumer son héritage et de devenir lui-même un pilleur. L’initiation de Sean commence par une expédition sous terre, à la recherche d’une des tombes les plus anciennes du pays. Dans les profondeurs de la terre, il lui faudra survivre aux horreurs qui hantent des trésors millénaires, et affronter la vérité sur la mort de son père.

Avant cette critique du tome 2, j’ai relu ma critique du tome 1… Je n’étais pas si loin que ça loin de l’ultime vérité qui ici nous est révélée !
Sean Wu est au centre du conflit entre la société secrète des Daomu dirigée par Oncle Tsai et l’entreprise Coral Inc dirigée par M. Knight : chaque camp accuse l’autre de tous les crimes et tente de le rallier à sa cause… Pour les hommes de Daomu il faut se méfier de Coral et pour les hommes de Coral il faut se méfier des Daomu, et leurs leaders respectifs espèrent bien être le seul récipiendaire du secret de l’immortalité voire de l’éternité, dont Sean Wu serait la clé !
Le héros lui est assaillit jour et nuit d’impressions de déjà-vu, de souvenirs résurgents, d’hallucinations diverses et variées… Son père a-t-il trahi ou a-t-il été trahit ? Est-il bien mort d’ailleurs ? Est-il vraiment son père finalement ? Le dernier indice récolté dans le Palais des Sept Étoiles permet de retrouver l’emplacement d’un tombeau sous-marin plus vaste encore… C’est en Mer de Chine ou large d’Hainan que se trouvent toutes les réponses, car 20 ans plus tôt une autre expédition avait été montée et un seul être humain en était ressorti vivant !

Avec un pouvoir immense, on a la responsabilité de ne pas le laisser entre de mauvaises mains.

Au début j’avais vraiment peur :
– 1ère case et 1ère coquille inadmissible avec un horrible « quelque part en mère, au Sud de la Chine »
– on enchaîne avec une affreuse traduction mot à mot de « warring states » ou lieu de « royaumes combattant »
Ça m’a complètement sorti du truc, alors que j’avais déjà du mal avec quelques clichés des familles et un travail digital moins séduisant que précédemment (je me demande d’ailleurs ce que cela pourrait donner en noir et blanc plutôt que colorisé numériquement)… Puis l’intrigue suit son court dans une ambiance parano et fausses pistes et faux semblants se multiplient à mesure que nous approchons du trésor du tombeau de Cang Hai Wang, et quand arrivent les révélations j’étais carrément à fond dedans : le passé rejoint le présent et la narration de Sean Wu celle de son père dans journal, dont les propos cryptique deviennent avec les clés appropriées d’une effarante clarté !
ATTENTION SPOILERS La plupart des abominations qui hantent les tombeaux sont les recalés de la course à l’immortalité, et certaines d’entre elle hantent le monde des vivants avec une apparence bien humaine… Ce n’est pas le père de Wu qui a trahit les Daomu, mais Oncle Tsaï qui les a détourné de leurs véritables objectifs pour son seul profit personnel, d’ailleurs le ralliement à Coral était le fait de sa marionnette jouant le rôle de kagemusha car le père de Wu est mort il y a 20 ans déjà, et au final le père n’est pas le père et le fils n’est pas le fils… Angel Heart à la chinoise ! Oh yeah !!! FIN SPOILERS

Au final je reste sur mes positions en raison de quelques limitations :
ATTENTION SPOILERS – la background de la série n’est guère explicité, on le découvre en même temps que le héros mais le déphasage culturel est quand même là vu que les récits de pilleurs de tombent appartiennent à la littérature chinoise depuis un millénaire…
– il y a quand même un côté Resident Evil a la chinoise, avec Coral en lieu et place d’Umbrella… On retrouve d’ailleurs la traditionnelle bombasse traîtresse au lourd passé rempli de mystères et de tragédies, cliché en soi mais surtout source d’un paquet d’incohérences à elle toute seule !
– il y a quelques gimmicks horrifiques, rien de très gênant en soi mais on vraiment pu s’épargner la dernière page avec le cliffhanger rouillé des méchants sortant le sempiternel « le projet machinchose se déroule comme prévu » alors qu’ils se sont méchamment fait botté les fesses du début à la fin… Soupir… FIN SPOILERS
Mais un mélange entre Tomb Raider et Angel Heart, purée ça ferait un bon film fantastico-horrifique !

note : 8,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This