Estelle Faye

La Dernière Lame

Roman, dark fantasy / post-apo
Publié en 8 novembre 2012 au Pré aux Clercs

Un monde qui ressemble à notre Renaissance, menacé par la montée des océans grouillant de créatures maléfiques, où règne la violence, la famine et la misère. L’Église des Cendres prospère sur tout ce désespoir, menée par la mystérieuse Marie aux yeux verts. Dans une des dernières villes émergées, Joad tente d’apaiser les souffrances et se prépare à affronter l’Armée des Cendres. Joad et Marie vont s’engager dans une course dont l’enjeu n’est rien de moins que le sort du monde.

D’emblée je tiens à préciser que je ne faisais pas partie du public visé et que je ai très peu de références en littérature jeunesse ou Young Adult, donc je me garderais d’apporter un jugement sur la qualité du roman. Je ne suis jamais vraiment entré dans l’histoire mais ces chroniques d’un monde à l’agonie m’ont beaucoup touché. En marchant sur les traces de Fabrice Colin (osons faire des parallèle avec la trilogie eschatologie douce amère Winterheim) et Mathieu Gaborit (osons comparer Marie à Scende des Chroniques des Crépusculaires), on se retrouve avec une émule de Charlotte Bousquet : Estelle Faye nous livre un univers sombre et violent avec un bel imaginaire qui laisse des images plein la tête car sa prose est joliment évocatrice (on sent dans les petites descriptions une vraie passion pour l’océan).

Le roman est divisé en 3 parties :
– une partie centrée sur Marie l’amnésique qui perd peu à peu ce qui lui reste d’humanité
– une partie centrée sur Joad, l’handicapé lui aussi amnésique qui va tenter de s’opposer à Marie
– une partie centrée sur le destin de Jester la jeune acrobate encore une fois amnésique
Finalement les chapitres pré-Marie sont les plus homogènes du roman. Les chapitres suivants sont plus décousus puisqu’on change de personnages, de lieu et d’époque dans ce qui ressemble à une succession d’interludes. Et c’est écrit sur le ton de la chronique : faute de fils conducteur autre que la lente chute vers le néant, difficile de s’attacher à quoi ou à qui que se soit. La figure de Joad permet ensuite de s’accrocher enfin à quelqu’un et on entre plus volontiers dans le roman, mais cela repart de plus belle avec l’ellipse de 7 ans qui sépare les 2e et 3e parties.
Autre souci, on se retrouve donc avec quantité d’éléments mal amenés ou mal exploités : le concept d’Ombre reste flou (on pensera aux Goju de L5R). Et on pourrait dire pareillement de l’histoire du capitaine Julian, des interventions des Façonneurs, de l’attaque des crocodiliens ou la découverte du Labyrinthe… Certains d’entre arrivant comme des cheveux sur la soupe. Cela constitue le gros point faible du roman, mais dans le cadre d’un premier roman il s’agit sans doute d’erreurs de jeunesse…

– Joad ne nourrissait aucune illusion sur l’avenir du monde, même si les eaux refluaient. L’humanité trouverait de nouvelles excuses pour se torturer, se détruire de la pire manière. Sûrement, avant la fin de sa vie, il assisterait à des scènes qui le pousseraient à se demander, au bout du compte, si les Façonneurs n’avaient pas raison. Si le globe ne se serait pas mieux porté sans les terres émergées, sans les hommes, et ce chaos qu’ils transportaient partout avec eux. Le médecin se poserait la question, avant de répondre que non, les moines avaient tort. Mieux valait le chaos, la peine, les remords. Tout plutôt que l’oubli.

Sinon, et l’auteur me l’a confirmé de vive voix, impossible de ne pas songer au manga culte de l’immense Hayao Miyazaki : Nausicaä de la Vallée du Vent !
On retrouve donc toute une galerie de petites gens ni bons ni méchants : ils sont justes broyés individuellement ou collectivement par des puissants qui cherchent juste à être les derniers à sombrer avant la fin des temps… (d’ailleurs pas mal de personnages secondaires auraient mérité plus de pages comme la bourgmestre romantique Annelise ou le mafieux animaliste Kwanjaï). Certains essayent de retarder l’inévitable fin, d’autres essayent d’hâter l’inéluctable fin. Mais ici l’océan infini et ses créatures marines remplacent la forêt toxique et ses insectes géants. Dans les 2 cas, un messie féminin apporte le chaos de la destruction et de la miséricorde :
– Nausicaä était une Jeanne d’Arc post-apo de lumière qui apportait compassion et espérance
– Marie est une Jeanne d’Arc post-apo de ténèbres qui apporte violence et désespérance
De plus des thèmes très profonds sont abordés : outre écologie et développement durable, citons
– l’ambiance délétère de cette apocalypse lente est étouffante car les personnages savent qu’ils vont connaître de leur vivant la fin du monde (difficile de ne pas songer à notre temps présent où demain sera probablement pire qu’aujourd’hui car en nous retirant l’espérance, nos élites ont commis un génocide culturel à l’échelle planétaire)…
– l’église des Cendres promeut l’ignorance contre la connaissance : on reconnaît là tous les mouvements fondamentalistes qui veulent nous retirer les moyens d’établir un monde meilleur où ils n’auraient plus leur place, ou l’establishment qui veut retirer aux masses les moyens intellectuels de ne plus gober leurs mensonges…

Un livre qui avait bine inauguré la collection Pandore avant qu’elle ne soit arrêtée par les éditions du Pré aux Clercs qui n’a même pas respecté ses engagements auprès de son directeur Xavier Mauméjean, du coup c’est un peu les éditions Scrinéo qui on plus pu moins repris le flambeau : on nous dépeint une histoire sombre et violente où l’univers et les personnages n’en finissent plus de sombrer… Mais au bout du tunnel se trouve malgré tout la lumière (je déconseillerais néanmoins ce livre aux dépressifs chroniques). Un roman sincère écrit par une auteure qui veut vraiment (trop) bien faire. Personnellement, c’est avec grand plaisir que j’ai ensuite retrouver son imaginaire ! (et dans tous les cas, un roman qui ne méritait pas la critique semi pourrie des blasés d’en face)

note : 6/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This