Abi Umeda
(scénario & dessin)

Les Enfants de la Baleine, tome 2

Manga, science-fiction / post-apo
Publié en VF le 20 janvier 2016 chez Glénat
Publié en VO à partir de juin 2013 par Akita Shoten dans Mystery Bonita (« Kujira no Kora wa Sajou ni Utau / クジラの子らは砂上に歌う »)

Les enfants de la « Baleine de glaise », gigantesque vaisseau prisonnier des sables, rêvent du monde par-delà les dunes.Certains par curiosité, comme Chakuro, jeune scribe du navire.D’autres par impatience, comme Ohni, leader d’une bande de délinquants.Ils n’ont qu’une trentaine d’années à vivre et une terrible soif d’espoir, loin d’imaginer quel péril les attend, prêt à surgir des confins du désert…

Dans ce tome 2, la mort et la destruction apportées par les soldats apatoias aux masques de pierrots s’abat sur les habitants la Baleine de Glaise / du Phaleina… Tandis que Chakuro défend sa vie, Ohni lui devient Colère et s’abat comme une tempête sur les étrangers que jusqu’alors il brûlait de rencontrer…

Mais les combats cessent brutalement : en raison d’un contrordre, les troupes d’annihilation du Scylos doivent ramener l’épave du Lycos à bon port avant d’achever leur mission de génocide. Les habitants du Phaleina, sous le choc, profitent du répit pour enterrer leurs morts et méditer sur leur sort tandis que leurs dirigeants qui ont brillé par leur apathie sinon leur absence décident unilatéralement de suicider tout le monde en sabordant leur navire, c’est-à-dire en assassinant le Noûs qui en est l’âme et le moteur… Cliffhanger ! (J’ai peine à ne pas y voir une critique même pas déguisé des gérontocraties politiciennes incapables de changer et incapables de faire face aux changements, préférant saborder l’avenir des jeunes générations plutôt que laisser les jeunes générations prendre leur destin en main !)

Nous livrons nos morts à la mer de sable. La coutume veut que l’on ne pleure pas au moment des obsèques…. au risque d’être appelé par les âmes qui dorment dans les profondeurs et de se retrouver bientôt englouti à son tour.

Beaucoup de choses intéressantes avec Ohni qui voit tous ses rêves s’écrouler, la survivante du Lycos qui réapprend à vivre comme un être humain, Chakuro victime de sa plus violente crise d’hypergraphie, mais aussi la mystérieuse petite Néri dont les dons sont télépathiques et non télékinésiques… Chaque personnage essaye de faire face et de se reconstruire face au choc donc nous sommes en pleine « résilience », de plus on sent une opposition croissante entre révolutionnaires et conservateurs au sein de la microsociété du Phaleina…

Après c’est quand même un peu tiré par le bas par les partis pris shojo, un pathos trop prégnant avec des personnages qui pleurent à chaudes larmes 1 page sur 2, et quelques gimmicks gênants (le comic relief de Mlle Ginshu, Leodari le sadique psychopathe qui n’a rien à faire chez les apatoia, et le fou suicidaire faisant office de chef de la milice du Phaleina qui n’a rien à faire chez les hypersensibles).

 

note : 6,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This