Hitoshi Iwaaki
(scénario & dessin)

Eurêka !

Manga, histoire / antiquité
Publié en VF le 23 janvier 2014 chez Komikku
Publié en VO  en 2002 chez Hakusensha

Au IIIe siècle avant J.C., les romains et les carthaginois s’affrontent lors de guerres sanglantes. Eurêka ! prend place lors de la seconde guerre punique, juste après la montée en puissance du grand Hannibal Barca. Arrivé proche de Rome suite à de nombreuses victoires, le stratège ne peut cependant pas vaincre la cité, faute de renforts. L’armée romaine prend alors le dessus et assiège la ville de Syracuse ! Mais malheureusement pour lui, le général romain Marcus Claudius Marcellus va devoir faire face à une ville fortifiée et habilement protégée par les multiples inventions d’Archimède.
Comme tous les grands savants, Archimède est généralement présenté avec une légende qui lui colle à la peau. Qui n’a jamais entendu l’histoire de cet homme découvrant la fameuse poussée d’Archimède dans son bain et qui, extasié par sa découverte, court nu à travers toute la ville en criant « Eurêka ! »… ? Dans cette histoire, vous découvrirez Archimède sous un autre jour. En effet, à la fin de sa vie, ce scientifique, physicien, mathématicien, ingénieur et inventeur a permis à Syracuse de résister longtemps aux attaques des romains. Grâce à ses inventions ingénieuses et novatrices, le siège de Syracuse ne fut pas une mince affaire pour l’armée romaine !

Nous sommes au IIIe avant J.-C., la Seconde Guerre Punique bat son plein et toute la Grande Verte, appelée à devenir la Mare Nostrum, retentit des exploits du redoutable stratège carthaginois Hannibal ! A Syracuse, encore alliée de Rome, nous suivons le jeune éphèbe spartiate Damippos, chéri de ses dames qui lui n’a d’yeux que pour la jeune et belle romaine Claudia. Quand la faction pro carthaginoise du général Epicydès prend le pouvoir, il emmène l’élu de son cœur se réfugier chez le vieil Archimède pour échapper aux rafles anti-romaines qui secouent la ville… Et les voilà obligés de se faire passer pour les apprentis du grand maître pour échapper aux sycophantes du nouveau gouvernement, avec un grand maître trop heureux de tromper son ennui avec de nouvelles têtes avec lesquels discourir…

La cité sicilienne de Syracuse située entre l’Afrique dominée Carthage et l’Italie dominée par Rome mais ébranlée jusqu’à ses fondations par le terrible Hannibal est un point clé de la guerre entre les deux superpuissances méditerranéennes qui se livrent un combat à mort ! Rome envoie le général Marcellus, qui a su tenir tête à Hannibal en Campanie, s’emparer de la plus belle et la plus dynamique des cités grecques… Damippos joue le rôle d’assistant d’un Archimède sénile qui ne sait même plus qui des Carthaginois ou des Romains essayent de conquérir la cité, et qui coûte que coûte veut aider sa chère Claudia à retrouver sa famille déportée à Lentini (alors que depuis le départ nous savons que l’espoir de la retrouver en vie est totalement vain…).

Et c’est ces citoyens d’adoption de la cité qui de bout en bout font vivre les belles valeurs de la démocratie grecque, y compris en difficiles temps de guerre, y compris pour les oubliés du système que sont les femmes et les étrangers (les xénophobes sont priés d’aller voir ailleurs si on y est… Merci d’avance !).

– Tu es grec comme nous, Damippos… Pourquoi t’attaches-tu tant à défendre les Romains ?
– Claudia est peut-être romaine, mais elle est née et a grandi ici… Elle est citoyenne de Syracuse au même titre que tous les autres !
– A la différence près qu’elle n’en partage pas les droits… Encore moins lors d’une crise comme celle-ci ! Tu serais-tu compromis avec elle au point d’être prêt à rejoindre l’ennemi alors que tes compatriotes comptent sur ta loyauté ?!
– Vous vous trompez sur toute la ligne ! Claudia aime profondément Syracuse… Elle souffre de la voir déchirée ! Cette ville est remplie de ses souvenirs, de ses amis… Maintenant que nous sommes en guerre ouverte avec Rome, je conçois que les relations peuvent être tendues… Mais est-ce une raison suffisante pour mettre soudain le couteau sous la gorge de ceux qui hier encore partageaient notre table ?! Agir ainsi est-il digne de l’esprit de Syracuse ?!

C’est simple et efficace, mais tout cela est graphiquement un peu daté. Hitoshi Iwaaki est essentiellement un mangaka des années 1980 qui a connu son heure de gloire avec la série à la fois horrifique et existentialiste Kiseiju / Parasite au début des années 1990 et force est de constater que graphiquement ce titre sorti en 2002 souffre grandement de la comparaison avec d’autres titres, surtout au niveau du charadegisn. Toutefois ce n’est pas vraiment important : les scènes de bataille sont réussies avec cette manière sobre et réaliste de représenter la mort, et tout ce qui est décors et machines de guerre est excellent.
Epicydès qui rêve d’être le héros de Syracuse, Marcellus qui rêve d’être le héros de Rome, Archimède qui bien que gâteux a toujours ses éclairs de génie entre Nobel, Einstein et Oppenheimer… Il y avait largement matière à dépasser le cadre du one-shot pour aller vers au moins la minisérie. Et puis ces machines d’apocalypse que sont la Griffe d’Archimède, la Roue d’Euryale et le four solaire utilisé à des fins militaires… Que toutes ses inventions soient réelles ou fictives, en 212 avant notre ère périssait dans la cité de Syracuse des mains d’un soudard en mal de pillage un des plus grands génies de l’histoire de l’humanité… En somme, un bon résumé de l’histoire humaine : VDM dans un MDM !!!

Histoire, guerre, politique, humanisme, sciences… Et le tout en un seul tome s’il vous plaît ! Amis documentalistes et bibliothécaires, vous savez ce qu’il vous reste à faire j’espère ? blink

note : 8/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This