Jirô Taniguchi
(scénario & dessin)

Ice Age Chronicle of the Earth, tome 1

Manga, science-fiction / post-apo
Publié en VF le 20 mars 2015 chez Glénat
Publié en VO en 1988 par Futabasha et Kodansha dans le Morning Afternoon (« Chikyuu Hyoukai Goto Osamu / 地球氷解事紀 »)

Quand la technologie se heurte à la Nature… Nous sommes dans une nouvelle période glaciaire. Dans ces conditions extrêmes ne survivent que les créatures les plus adaptées. Takeru, responsable d’une mine de charbon est forcé de prendre ses responsabilités et de se lancer dans une expédition périlleuse. La Terre est à l’aube d’un nouveau bouleversement !

Les graphismes sont superbes : Jirô Taniguchi, très inspiré par le perfectionnisme des bandes-dessinées franco-belges d’antan, est clairement l’un des tous meilleurs dans sa partie donc chaque planche voir chaque case est un régal pour les yeux !

Ici il est dans une phase Moebius, et niveau scénario c’est tellement copieux que cela en devient un confus, voire bordélique. L’auteur semble s’être lancé dans un truc trop ambitieux pour lui car on se retrouve avec un mélange d’Hayao Miyazaki, de Katsuhiro Otomo et de Masamune Shirow ! Donc on a une ère glaciaire, un changement climatique cataclysmique, des baleines géantes, des végétaux intelligents, un messie empathe, une prophétie, des machines sauvages, un superordinateur fou (remember Terminator) qui veut remplacer les humains par une nouvelle race de surhommes appelée A.D.O.L.F. et un mystérieux géant bleu venu du fond des âges se déplaçant en aile volante jouant le rôle de deus ex machina (remember Nausicaä)… Cela la part dans tous les sens, et l’inachèvement de l’œuvre laisse en bouche un arrière-goût de bâclage…

– Tu as raison, pleure un bon coup. Les larmes c’est l’innocence de l’enfance… C’est la seule chose qui peut nettoyer ce qui est incrusté dans le cœur.

Pendant la 8e glaciation, celle de Murtok, Nunatak est une île de l’arctique dépend du Garnet de la mégalopole d’Abyss, et le site d’extraction minière de Tarpa travaille pour la régie des Développement des Ressources Shivr… Takéru, fils illégitime du président de la régie broie du noir dans son exil glaciaire quand les ennuis s’enchaînent :
– un explosion endommage le site et cause la mort directeur de la mine
– la mauvaise saison en avance le calendrier météo constitue les prémices d’un changement climatique aussi violent qu’imminent (remember le film Le Jour d’Après)
– le Cavallus, le dernier convoi de ravitaillement avant l’hiver, est attaqué par des pirates
– malgré les conditions météo de plus en plus dangereuses, un groupe d’employé essaye de se tirer par la voie d airs avant de se crasher à la surface…
Notre héros et son mentor participent à une opération de sauvetage qui fait la part belle à la montagne et à l’alpinisme, avec toutes les péripéties classique du genre. On reconnaît bien dans ce passage l’auteur du Sommet des Dieux !

Par des concours de circonstances tragiques, Takéru se retrouve à la tête du site Tarpa et organise une expédition en surface pour aller chercher du secours… Et c’est parti pour un trek polaire avec attaque d’ours blanc, blizzard, orage, secousses telluriques dues au dégel de la glace et tutti quanti ! On reconnaît bien dans ce passage l’auteur de L’Homme de la toundra !
Guidés par un indigène jil-chaak et ses camels, ils parviennent jusqu’à un village du peuple des glaciers où une vieille shaman leur raconte l’histoire de Tengri le dieu du ciel bleus et ses envoyés les Medishins qui ignoraient les sentiments qui créent le karma et vivaient en harmonie avec la nature. Et le géant bleu rencontré dans une crevasse par Takéru sort de son sarcophage et de son sommeil millénaire… To Be Continued !

note : 8/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This