Vincent Brugeas (scénario)
Ronan Toulhoat (dessin)

Ira Dei, tome 1 : L’Or des Caïds

Bande dessinée, histoire / moyen-âge
Publiée le 12 janvier 2018 chez Dargaud

En 1040, les armées de Byzance tentent de reconquérir la Sicile, alors aux mains des Arabes. Alors que la ville de Taormine résiste à Harald, le général Maniakès, un Normand nommé Tancrède et un jeune moine, Étienne, légat du pape proposent les services de leur petite troupe de mercenaires. À la demande d’Étienne, Tancrède se rapproche d’Harald et lui propose un marché : il fera tomber Taormine en trois jours, en échange de quoi il recevra les richesses de la cité. Même s’il comprend que Tancrède est en mesure de réaliser ce prodige, Harald se méfie de cet homme dont les yeux révèlent qu’il a « traversé les Enfers » et dont le passé mystérieux resurgit peu à peu… Pourquoi l’Église a-t-elle fait de lui une arme au service de Dieu ? Et quelle revanche veut-il prendre aujourd’hui ?…

J’adore le projet de la série : mettre en scène un western médiéval racontant la fondation du Royaume de Sicile au Xe siècle, à cette époque où les Normands déboulent comme des chiens dans un jeu de quilles dans le game of thrones des Italiens, des Byzantins et des Arabes qui se disputent la Méditerranée dans un Moyen-Âge qui n’a pas encore connu ces tempêtes humaines que furent les croisades !
On sait peu de choses du fondateur qui va chambouler les rapports de force sur les rives de la Mare Nostrum, c’est donc naturellement que les auteurs insèrent leur histoire dans l’Histoire que nous découvrons l’une et l’autre en même temps ! (et c’est donc tout aussi naturellement qu’il le relie à un autre normand présumé décédé lors d’un pèlerinage à la même époque, et dont vous connaissez tous et toutes le fils qui marqua l’histoire européenne de son empreinte) Tancrède débarque en Sicile en 1040 en pleine guerre entre Arabes et Byzantins, et participent avec quelques dizaines d’hommes au siège de Taormine, dirigé par le Varègue dénommé Harald que son supérieur grec Maniakès chercher à discréditer depuis le siège de Syracuse qui mobilise le gros des troupes. L’antihéros possède une couillerie en béton armée puisqu’il cherche autant à prendre le contrôle des soldats normands de l’armée byzantine pour servir ses propres objectifs que de rafler le trésor des caïds que rois, basileus et califes cherchent à s’emparer… Et de flashback en flashback se dévoile le passé d’un homme trahi, brisé, qui a connu l’enfer et qui cherche à se venger ! Sommes-nous dans un remake médiéval du Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas ?

– Des remparts construits par des Grecs, défendus par des Arabes et assiégés par des Normands, Lombards et d’autres races, au service de Byzance. Un sacré bordel, hein ?

Qui a trahi notre antihéros ? De qui veut-il se venger ? Quelles sont ses véritables intentions et ses véritables ambitions ? Qui sont vraiment les impitoyables vétérans Otli, Ashkan et Bjnak ? Entre le général grec Maniakès et notre Rastignac normand vers qui la loyauté de Harald va-t-elle pencher ? Quels secrets détient Etienne le légat du pape physiquement insensible à la douleur ? Quels sont les projets de l’espionne Eudoxie pour sa sœur Marie ?… J’attends déjà le tome 2 avec impatience !

Mes bémols sur ce tome 1 seront graphiques : le découpage et les couleurs sont très réussis, il y a une vraie ambiance et un vrai souffle qui se dégage de l’ensemble, mais l’encrage gras n’est pas vraiment réussi et n’arrange pas spécialement un charadesign un peu fluctuant. Pour tout le reste, c’est du tout bon !

note : 8/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This