Hirohiko Araki
(scénario & dessin)

JoJo’s Bizarre Adventure, Arc 1 :

Phantom Blood, tome 4

Manga, fantastique / horreur
Publié en VF le 15 octobre 2014 chez Delcourt/Tonkam
Publié en VO du 10 août 1987 au 10 août 1988 dans le Weekly Shōnen Jump (« JoJo no kimyō na bōken : Fantomu Buraddo »)

Jojo fait la rencontre d’une homme mystérieux maniant « l’Onde » : Zeppeli. Lorsque Jojo apprend que l’objectif de ce dernier est de stopper le « masque de pierre », Jojo décide d’apprendre à son tour à manipuler « l’Onde » pour l’aider dans sa quête. Ils décident de partir ensemble pour Wind Knights où les attend Dio.

Un tome qui empreinte plus que jamais à Hokuto no Ken avec ce mélange entre kung-fu et pathos shakespearien.
JoJo affronte le chevalier noir Bruford, tandis que sous la menace de Tarkus Speedwagon tente de dégeler le bras de Zeppeli grâce à sa chaleur corporelle (serait-ce un passage repiqué à Masami Kuramada ?).
L’asservissement de Dio n’étant pas parvenu à anéantir l’esprit chevaleresque de Bruford, c’est d’égal à égal que les deux guerriers s’affrontent. Bruford possède l’avantage avec sa Machabhair, la danse des cheveux qui lui octroie le bénéfice d’une 3e main (la chevelure vivante, c’est un immense classique du fantastique asiatique, mis en scène par le personnage de Sire Nenki dans Shinobi de Fûtarô Yamada, immense classique de la culture populaire japonaise).

Mais JoJo compense par de nouvelles utilisations de la magie de l’Onde : scarlet overdrive, turquoise blue overdrive, metal silver overdrive, sun yellow overdrive…

Dans ses derniers instants, Bruford retrouve son humanité et confie à JoJo sa légendaire épée LUCK (= chance), renommée PLUCK (= courage) pour l’occasion, avant de rejoindre avec joie sa reine bien aimée Mary Stuart dans l’au-delà… Cela pleure de tous les côtés, tandis que Tarkus le colosse entre en scène !

Aimer et gagner sont les meilleures choses au monde, aimer et perdre sont les suivantes.

La team JoJo tente de fuir leur invincible adversaire par la voie des airs grâce à la magie de l’Onde, mais c’est pour mieux tomber dans ses pièges… Et JoJo coupé de ses amis se retrouve enfermé dans la salle du dragon bicéphale pour affronter le terrible et terrifiant Tarkus !

 

ATTENTION SPOILERS Avec droit de quota de flashbacks, le petit Poko surmonte sa peur : demain c’est aujourd’hui, et il s’insinue par une pour aller ouvrir de l’intérieur la salle du dragon bicéphale et permettre à Zeppeli et Speedwagon de venir au secours de leur ami en bien mauvaise posture… Avec droit de quota de flashbacks, Zeppeli s’avance vers a cruelle destinée. Quand il entre dans la salle du dragon bicéphale, il comprend immédiatement que la prophétie de Maître Tonpetty est sur le point de se réaliser et que sa dernière heure est arrivée. Mais c’est sans peur et sans regret qu’il se sacrifie pour la cause en offrant ses dernières forces à celui qui plus qu’un ami est devenu un fils. Tel un nouvel Hercule ou un nouveau Samson, c’est un super JoJo dépositaire des forces de Brudford et de Zeppeli qui renvoie le sinistre Tarkus dans les abysses de l’histoire ! OMG William ! Cela pleure de tous les côtés, y compris du mien… FIN SPOILERS

En route pour le château de Dio (qui décidément ressemble beaucoup à ceux de la saga vidéoludique Castlevania), la team JoJo se voit rejointe par les renforts appelés par Zeppeli : Maître Tonpetty et ses meilleurs disciples Dire et Straits.

S’ensuit quelques passages où le mangaka nous montre à quel point Dio est cruel et sadique…
ATTENTION SPOILERS On nous montre Dio qui promet à une mère de ne pas toucher à un cheveu de son enfant, avant de transformer la mère en zombie qui dévore son propre enfant. On nous montre Dio faisant la cour à la sœur de Poko, avant de la laisser, suite à son refus d’entrer dans l’éternité vampirique, aux bons soins de Doobie l’étrange, un croisement entre un tueur de slasher et un démon de Devilman, tous les deux avides de chair fraîche. Et après Go Nagai, Buichi Terasawa, Masami Kurumada… décidément les mangaka lorgnant sur l’Occident sont fascinés par la figure de la Gorgone ! On nous montre aussi divers résultat des expérimentations de Dio avec ses animaux à têtes humaines et vice-versa… FIN SPOILERS

To Be Continued =>

note : 7,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This