Balak, Michaël Sanlaville & Bastien Vivès

Lastman, tome 8

Manga, fantastique / portal fantasy
Publié le 20 janvier 2016 chez Casterman

Paxtown… Oubliez tout ce que vous pensiez savoir de cette ville devenue une sympathique station balnéaire, destination préférée des touristes et des familles. Ce formidable bouleversement est à mettre au profit de son maire, l’ex pop star et petite amie de Richard Aldana : Tomie Katana qui a fait de la lutte contre le crime et les mafias son principal combat ! Au même moment, Richard et Adrian continuent de se retrouver, mais ces dix années ont laissé des traces et ce sont maintenant deux hommes qui se retrouvent, d’égal à égal ?

Dans ce tome 8, toujours pas fan des freaks qui veulent transformer Elorna en prostipute et Gregorio en gigolo dans une ambiance mélangeant RanXerox et Sin City

Beaucoup d’émotion dans les retrouvailles entre Adrian et Richard Aldana, puis entre Adrian et Elorna dans lesquelles la nouvelle génération totalement chamboulée ne sait plus à quels saints se vouer (d’autant plus que la jeune chevaleresse s’est découvert un mystérieux pouvoir de liseuse d’âmes). Cela est mis en place dans ce tome, mais cela apparaîtra dans le tome suivant : il y a tout un côté Demolition Man avec Paxtown qui est passé de la dystopie à l’utopie dans laquelle les terroristes des Aigles Rouges se font passer pour des Robin des Bois. Qui est responsable de cette situation ? Tomie Katana qui au poste de « mayor » est devenue la despote éclairée de tout ce merdier ! Comment a-t-elle libéré Paxtown de la ploutocratie mondialisée ? Réponse au prochain épisode avec évidemment Richard Aldana dans le rôle de John Spartan jadis dévolu à Sylvester Stallone…

– Au bout d’un moment, ressasser le passé, ça sert à quoi ? On est là, ensemble, tranquilles, il fait beau… faut vivre dans le présent.

Tandis que dans notre monde Maître Jansen tente de calmer Gregorio qui pété un câble sur la forteresse volante des Aigles Rouges, dans l’autre monde le roi Virgil décide de combattre le mal par le mal en recrutant le maître nécromancien dénommé Howard… Sur l’autoroute de la supracoolitude, j’ai ralenti et j’ai fait une pause avec Balak, Michaël Sanlaville et Bastien Vivès ! Oh Yeah !!!

note : 6/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This