Tsutomu Nihei
(scénario & dessin)

Noise

Manga, science-fiction / cyberpunk / Hard Dark
Publié en VF le 16 avril 2003 chez Glénat Manga
Publié en VO en 2001 par Kodansha dans Afternoon (« ノイズ, Noizu »)

Peut-être sur Terre… Peut-être dans le futur… Killy est un cyborg taciturne qui erre dans une gigantesque cité labyrinthique, s’étendant sur des milliers de niveaux. Armé d’un revolver amplificateur de radiations et accompagné de Shibo, un scientifique, il part en quête du « net-gene », un programme qui aurait échappé à la contamination globale d’un virus informatique, et qui serait capable de gérer le monde.

Noise est un manga stand-alone qui pourrait être le préquel de Blame!, mais Tsutomu Nihei est resté si évasif et si mystérieux au sujet des tenants et des aboutissants de sa série phare que rien n’est moins sûr… De chapitres en ellipses nous suivons ici la descente aux enfers de Susono Musubi, tour à tour policière enquêtrice, vigilante vengeresse, implacable machine de guerre et super-héroïne d’un monde à l’agonie où il n’y a plus personne à sauver…

Musubi et son partenaire Clauser de la brigade des mineurs enquêtent sur des enlèvements d’enfants dont les autorités se contrefoutent car ils n’appartiennent pas à la haute société (qui ne s’intéressent qu’aux classes aisées, sinon très aisées, voire ultra favorisées : depuis le temps, on connaît bien la chanson), et découvre une secte qui prétend invoquer des technodémons en pratiquant des sacrifices humains… Mais Clauser est enlevé par les cultistes et les bœufs-carottes lui pourrissent la vie. Qu’importe, elle se ravitaille chez un fourgue où elle déniche ce qu’on va appeler une lame à gravitron, et continue son enquête malgré sa mise à pied et le fait que sa tête soit mise à prix ! C’est ainsi qu’elle se retrouve coincée entre le marteau et l’enclume qui recourent aux mêmes technologies : les Sauvegardes, les nouveaux chiens de garde de la ploutocratie mondialisée en passe d’obtenir l’immortalité, et les Silicates, les membres de l’Église du Chaos qui veulent que l’Apocalypse s’abattent sur le monde !!!

Les armes de ce monde sont inutiles contre les forces du chaos !

ATTENTION SPOILERS C’est ainsi qu’elle assiste au sacrifice de Clauser qu’elle retrouve sous la forme d’un fantôme désincarné hantant la résosphère, puis qu’elle est massacrée par les Sauvegardes qui la ressuscite en l’un des leurs avant qu’elle ne se rebelle et parte en chasse des Silicates… 3000 ans plus tard, c’est seule que Musubi hante une mégastructure qui recouvert toute la Terre et a déjà phagocyté la Lune : on nous dit que c’est le bordel depuis qu’un peste venue de l’espace s’est abattue sur le monde, mais au vu des manipulations précédemment effectuées par les forces de l’Ordre et du Chaos on n’y croit à peine… FIN SPOILERS

Sur fond de reprise cyberpunk / biopunk des récits à la Guyver, les aspects horrifiques sont très prégnants et s’insèrent quelque part entre H.P. Lovecraft, H.R. Giger et Clive Barker, et pour un peu on serait presque dans l’univers de Warhammer 40000 avec l’enquêtrice d’un cité-ruche confrontée tant aux démoniaques et corruptrices forces du chaos qu’à sa hiérarchie truffée de cyborgs et de mutants tous plus inhumains les uns que les autres !

Le volume se termine par le premier travail professionnel de l’auteur où dans une ambiance cyberpunk l’Inspecteur Killy est confronté à un savant fou en quête d’immortalité fusse-t-elle numérique… J’ai noté et vous noterez qu’à cette époque le style graphique de Tsutomu Nihei était assez proche de celui de Katsuhiro Ōtomo !

PS : et n’oublions ce connard de Bakayaro ! qui continue avec ses onomatopées débiles en police d’écriture géante a saboté des pans entiers de la Planète Manga… Comment les éditeurs ont-ils pu laisser sévir aussi longtemps un tel tâcheron ?

 

note : 6,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This