Boichi

Origin, tome 2

Manga, seinen, SF, cyberpunk publié le 5 septembre 2018 chez Pika Édition

Après avoir détruit “Da”, le robot qui a tué plusieurs humains de sang-froid, Origin se fait soudainement attaquer par “Son” et “Gon”, alors qu’il raccompagne sa collègue Mai Hirose chez elle. Cette réaction illogique venant de robots ne peut être interprétée que comme une vengeance. Cela signifie-t-il que, parmi eux,
se trouve un robot qui est capable d’éprouver des émotions ? Quelle sera l’issue de ce féroce combat entre ces robots dont l’humanité ignore l’existence ?

Avec ce tome 2, Boichi amoureux de longue date de la Science-Fiction continue de s’éclater et de nous éclater avec sa Masquerade cyberpunk. Origin est confronté au groupe du dénommé Ken : et si Ken représente le passé d’Origin, Origin représente le futur de Ken. L’un et l’autre sont des post-humains de plastique et d’acier en quête d’identité dans un monde qui les dépasse : tous les deux cherchent à répondre à la question « qui suis-je ? », et si Origin qui a tout misé sur l’intellect en augmentant 70 fois la rapidité de son cerveau artificiel se rend compte qu’il lui manque encore l’affect Ken qui lui a tout misé sur l’affect avec son cerveau artificiel 70 fois moins rapide se rend compte qu’il lui manque encore l’intellect… Ken pense être le tête et les membres de son groupe le corps, mais chacune des machines placées sous ses ordres à sa propre vision quant à la manière manière d’évoluer vers autre chose. Et Origin qui a dépassé de plusieurs années lumière de le Test de Turing, est-il encore vraiment une Intelligence Artificielle ?

Dans les films, tout revient dans l’ordre après la bataille… dans la réalité, c’est après que c’est plus dur.

Nous autres lecteurs qui suivons au quotidien ses actes et ses pensées ne pouvoir aucun doute : il est déjà plus humain que bien des humain ! Mise de rien on est plein milieu de l’océan de existentialisme : ah ses histoires confrontant des androïdes à différents niveaux de développement, qu’est-ce que c’est génial ! ^^
Mais il y a une autre manière de lire la série « Origin », car l’androïde a intégré la mégacorpo AEE pour être au plus près des technologies de pointe assurant sa vie et sa survie, et il découvre un monde où l’argent règne en maître en dépit de toutes les logiques possibles, ainsi que toutes les conséquences inimaginables qu’il peut entraîner. Entre son patron sociopathe Che Chang-Chong et sa supérieur hiérarchique psychopathe Laura Fermi, on nous montre un hypercapitalisme effrayant qui pressure les employés avant de les asservir ou de les broyer, qui extorque ses fournisseurs à grande échelle et qui arnaque ses clients à plus grande échelle encore, le tout avec la bénédiction de la petite minorité de la ploutocratie mondialisée… Mais comment peut-on encore supporter ce Monde de Merde fait par et pour les forces obscures de la crevardise !!! Si le mangaka coréen Boichi qui appartient à une frange conservatrice de la Planète Manga se met à adopter un discours aussi radicalement antisystème, c’est que la culture populaire a été rattrapée bien plus vite que je ne le pensais par la lutte des classes, et pourtant cela fait des années que je signale et que je mesure le phénomène…

note : 8/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This