Boichi

Origin, tome 5

Manga, seinen, SF, cyberpunk publié le 5 juin 2019 chez Pika Édition

Afin de respecter sa mission de protection de Mai Hirose, Origin revêt une combinaison de combat et part affronter les dix Gon qui se dressent sur son chemin. Mais ses adversaires sont lourdement équipés et possèdent assez de lance-missiles et autres lance-grenades pour faire exploser la moitié du Centre de recherche dans lequel ils se trouvent. Origin va donc devoir user de stratégie, mais surtout, trouver un élément en lui qui pourra faire la différence…

Dans ce tome 5 on passe directement de la saga « Terminator » à la saga « Gunnm » ! Ken affronte les différents clones de Gon avec son ninjutsu avant de comprendre qu’il combat des copies et non l’original, venu en personne absorber « Y » la plus puissante Intelligence Artificielle du monde. Les robots ne comprennent pas qu’en agissant en humain Jin a effectué un bond en avant dans son évolution : l’androïde qui n’avait jamais pensé qu’à sa propre survie se met à placer la survie d’autrui avant la sienne propre, et donc en agissant avec « volonté » il agit sans « logique » comme les humains avec lesquels ils veut cohabiter… le tout est réalisé sans transition mais avec beaucoup de talent : graphiquement il n’a jamais été aussi bon, scénaristiquement je doute qu’un jour il ait été plus fort qu’ici ! Tout cela force le respect (et on mesure la différence entre l’auteur d’origine prolétaire qui veut parler lois de la robotique et l’éditeur CSP+ qui veut parler gags caca : ça me gerber ces intellos qui se comportent comme des poivrots et qui osent porter des jugements de valeur sur tous ceux situés en dessous d’eux dans la hiérarchie sociale )…

Sur la route qui nous menait à Kyôto, j’ai acquis un deuxième « principe fondamental ». « Protéger Mai Hirose ». Contrairement au « mène une vie convenable » plutôt abstrait, ce principe de comportement simple à comprendre et à mettre en œuvre a stimulé mon cerveau artificiel. Et à cet instant est né ma première émotion : LA VOLONTÉ.

Boichi s’est lancé dans le manga par amour de la Science-Fiction et ici il renoue avec l’amour de toute sa vie : c’est de loin sa meilleure série, et le meilleur reste sans doute à venir ! Pour ne rien gâcher, il s’éclate tellement qu’il en oublie sa croisade contre les âges obscurs du manga coréen qui l’ont obligé à s’expatrier au Japon : l’ensemble n’en fait que gagner en qualité… Pour ne rien gâcher le twist/cliffhanger de fin peut tout relancer ! To Be Continued !!!

Il va de soi qu’en cette époque où les élites autoproclamées de la ploutocratie mondialisée ne jurent que par l’exploitation de l’homme par l’homme, voir un être artificiel choisir de sacrifier son existence potentiellement immortelle pour des êtres naturels condamnés à la mortalité est hautement appréciable…

note : 9/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This