Pat Perna (scénario)
Marc Jailloux (dessin)
sous la direction de Bernard Lecomte

Un Pape dans l’Histoire, tome 1 :

Saint Pierre, une menace pour l’empire romain

Bande dessinée, histoire / antiquité
Publiée le 10 avril 2019 chez Glénat

Rome, 64 après Jésus Christ. Un incendie ravage la cité antique. Et tandis que les flammes se reflètent dans ses prunelles, Néron, l’empereur sanguinaire, sur les hauteurs de son palais, joue de la harpe. Si la légende tragique n’a jamais été véridiquement accréditée, on sait avec certitude en revanche qu’il utilisa ce drame pour lancer une véritable chasse aux Chrétiens. Des centaines d’entre eux sont arrêtés, torturés, massacrés. Parmi les suppliciés, le plus célèbre des apôtres du Christ. Celui qui deviendra le symbole de l’Eglise et que Jésus avait désigné comme le Roc sur lequel il la bâtirait : Pierre.
Cette histoire est celle de son agonie dans le cirque de Néron. Ces heures douloureuses qui précèdent sa mort et durant lesquelles il se remémore cette vie incroyable au côté de ce Messie qu’il a tant aimé malgré le doute qui le rongeait en permanence et l’a poussé à le renier par trois fois. Saint Pierre et Néron : deux figures à jamais associées dans le tumulte de ce premier siècle de l’ère chrétienne.

Après avoir lancé avec Fayard la collection Ils ont fait l’Histoire, les éditions Glénat s’associent à cerf pour lancer la collection Un Pape dans l’Histoire : les auteurs sont bons, mais le plotmaster qui s’occupe des appendices est Bernard Lecomte entre autres choses ancien rédac-chef du journal La Croix donc la biographie devient hagiographie et le côté historique disparaît devant le côté prosélyte… Soupir…

Cet album inaugural est consacré à Saint Pierre et est intitulé Une menace pour l’empire romain. Nous sommes en 64 après Jésus Christ après le plus terrible incendie qu’ait connu la Ville Éternelle, et parmi d’autres les premiers chrétiens objets de toutes les rumeurs faute de coupables font office de boucs émissaires… On reprend sans aucun recul la légende noire de Néron et sans aucun esprit critique tous les ragots de fond de caniveau de l’élite aristocratique repris tels quels par les historiens chrétiens : non, Néron n’a pas chanté devant Rome en flammes puisque que la nuit de l’incendie il était en bord de mer dans la Baie de Naples ; non, ses premières actions n’ont pas été de faire des plans sur la comète en redessinant Rome selon ses souhaits mais de porter assistance aux sinistrés comme tout dirigeant digne de ce nom… En bref cette BD commence là où finissaient le roman Quo Vadis et ses adaptations : par la crucifixion à l’envers de Pierre. L’apôtre du Christ se confie voire se confesse au centurion Marcellus pro-chrétien, et sa vie défile autant dans sa mémoire que devant nos yeux. On reprend à la lettre le texte du Nouveau Testament, et on piochant dans les témoignages de Jean, Luc, Marc et Matthieu (qui comme chacun devrait le savoir se contredisent entre eux) on aboutit à quelque chose qui ressemble fort à un évangile selon Pierre.

L’esprit est ardent mais la chair est faible… 

Les textes de Pat Perna sont bons, les dessins de Marc Jailloux sont aussi précis que réalistes, les couleurs de Florence Fantini sont claires et chaudes… Mais cela reste du catéchisme, et moi en tant qu’athée cela ne m’a pas intéressé. Néanmoins j’aimerais bien l’avis d’un chrétien croyant sur le sujet, car on ne pas nier la qualité du travail effectué !

note : 6/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This