Tetsuya Tsutsui

Manga historique
Publié le 10 décembre 2015 chez chez les éditions Ki-oon

 

Tokyo, 2019. À mois d’un an de l’ouverture des Jeux Olympiques, le Japon est bien décidé à faire place nette avant de recevoir les athlètes du monde entier. Une vague de puritanisme exacerbé s’abat dans tout le pays, cristallisée par la multiplication de mouvements autoproclamés de vigilance citoyenne. Littérature, cinéma, jeu vidéo, bande dessinée : aucun mode d’expression n’est épargné. C’est dans ce climat suffocant que Mikio Hibino, jeune auteur de 32 ans, se lance un peu naïvement dans la publication d’un manga d’horreur ultra réaliste, Dark Walker. Une démarche aux conséquences funestes qui va précipiter l’auteur et son éditeur dans l’oeil du cyclone… En s’appuyant sur son expérience personnelle, Tetsuya Tsutsui (Prophecy, Manhole) nous livre avec Poison City une oeuvre fascinante sur la liberté d’expression et les coulisses de la création manga au Japon.

Lui-même victime de la censure pour son titre « Manhole », le mangaka Tetsuya Tsutsui nous offre en 2 tomes un magnifique plaidoyer pour la liberté d’expression et un pamphlet au vitriol contre les censeurs qui se cachent derrière les médias prostitués et les prescripteurs d’opinions (et je ne parle même pas de la classe dirigeante, elle n’a plus besoin de personne pour prouver qu’elle est hautement plus nocive que tout ce qu’elle pourra qualifier de nocif), le tout avec un joli coup de crayon auquel qui ne m’a pas totalement conquis mais indéniablement de qualité.

En 2020, le jeune mangaka Mikio Hibino se lance dans le métier avec « Dark Walker », un nouveau manga d’horreur (dont la version initiale ressemble fortement au « Tokyo Ghoul » de Sui Ishida, un hasard sûrement ^^). Pas de chance pour lui, en prévision des JO de Tôkyô les cul-serrés ont décidé de serrer la vis en imposant au pays tout entier la chape de plomb de la pensée unique du politiquement correct (« Meilleur des Mondes » d’Aldous Huxley et « 1984 » de George Orwell, nous vous saluons bien !)
Notre héros ne cesse de revoir sa copie pour transformer son histoire en récit classique de zombies virologiques, mais rien n’y fait la censure veut faire de lui un exemple pour toute la profession : l’avenir sera politiquement correct, formaté et aseptisé ou ne sera pas ! du coup nous suivons en parallèles la lutte pour la survie de ces personnages contre les créatures mortes- vivantes, et sa propre lutte pour la survie contre les créatures bien plus terrifiantes de la pensée unique. Nous découvrons à travers les yeux de notre candide tous les mécanismes ubuesques de la censure et l’autocensure sous toutes leurs formes, jusqu’à cet artiste très connu qui a renoncé à toute créativité pour industrialiser sa production avec un partage de tâche digne des plus grands heures de la taylorisation du travail… Va-t-on vers une lobotomisation culturelle à l’échelle d’une civilisation ?

Un premier combat c’est effrayant pour tout le monde alors chacun essaie de se rassurer comme il peut, même si c’est parfois maladroit… Débiter des âneries, c’est un moyen comme un autre d’éviter de trembler !

Dans la 2e partie de son diptyque Tetsuya Tsutsui continue sa mise en abîme : dans « Dark Walker », son héros lutte de toutes ses forces pour protéger une jeune fille traquée par des hordes de monstres inhumains, alors que dans « Poison City » Mikio Hibino lutte de toutes ses forces pour protéger son oeuvre traquée par des hordes de politiciens inhumains… La jeune fille comme la première oeuvre de l’auteur sont toutes les deux symboles d’espoir au sein de cette Boîte de Pandore qu’est la société moderne. Donc marre de ces connards issus de la prétendue bonne/haute société qui se masturbent collectivement en détruisant des gens : à quand le retour de la Louisette pour ces gens-là ???
Le jeune mangaka qui se sacrifie corps et âme à son oeuvre est soutenu par des auteurs et des éditeurs japonais et étrangers, mais au final tout est d’avance déjà joué : des homines crevarices qui n’ont d’humains que l’apparence ont décidé de se faire carrière en faisant de lui un bouc émissaire… C’est ainsi qu’il est convoqué à une commission fantoche tenant plus du procès inquisitorial et/ou du procès stalinien où ses accusateurs psychopathes et/ou sociopathes l’accusent publiquement de leurs propres turpitudes car chaque page est mal interprétée à l’aune du principe de précaution poussé à l’extrême limite de la connerie ! Un repenti du système, un Juste quoi, démontre par A +B son innocence et l’iniquité de la procédure qui veut le condamner, mais comme par hasard son témoignage est rejeté et la retransmission du lynchage est arrêtée… Comment pourraient se comprendre des êtres humains qui parlent émotions humaines et des êtres inhumains qui parlent intérêts inhumains ? Monde de Merde ! La conclusion nous fait basculer dans l’anticipation pour ne pas dire dans la dystopie, quand le mangaka idéaliste est condamné à la camisole chimique et à la neurochirurgie, parce que ses idées ne sont pas en adéquation avec la doxa des prescripteurs d’opinion à la con…
Sad End ? Non, son testament est transmis aux futures génération, et Shingo Mastumoto bouleversé par le sort imposé à son collègue décide de reprendre son manga « Innoncence » sur la maltraitance des enfants quelles que soient les conséquences !

Évidemment on reconnaît dans tout cela nos élites de mes couilles, partisanes du principe de précaution poussé à l’extrême limite de la connerie quand cela les arrange, mais qui laissent mettre en danger la vie de millions voire des milliards de gens dès que des intérêts politiques ou économiques sont en jeu : tous leurs grands discours sont inaudibles car mensongers ! Qu’ils disparaissent tous, rapidement de préférence, cela ne sera pas une grosse perte dans l’histoire de l’humanité…
Si on part du point de vue que les auteurs sont sincères, raisonnables et responsables, il n’existe pas d’oeuvres nocives mais juste des oeuvres inadaptées à certains publics… Oui on ne recommande pas les oeuvres du Marquis de Sade à des préadolescents, ça tombe sous le sens (sauf pour les censeurs de mes couilles qui du coup auraient un QI indigne d’un être humain s’ils étaient humains)… Ainsi « Tokyo Ghoul » qui cartonne chez les préadolescents n’est pas nocif, il est juste inadapté au public préadolescent… (Mais bon, pour avoir ce raisonnement il faut avoir du bon sens, ce qui n’est pas le cas des représentants de la prétendue bonne/haute société, depuis le temps cela se saurait !)

PS1: tiens prenons un exemple au hasard… Au Japon comme ailleurs on a des lobbies des poussent des cries d’orfraie contre les affreux préjugés sexistes de la culture populaire, mais quand le Premier Ministre du Japon ordonne aux juges et aux policiers de laisser tranquille son pote accusé et convaincu de viol aucun d’entre d’eux n’élèvent la voix (ben oui, la voix de son maître évidemment !)… Marre de la morale à géométrie variable en fonction des intérêts politiques et économiques : égalité et équité ou rien !!!

PS2: ce diptyque manga est une autofiction de ce qu’a subi l’auteur IRL, donc n’allez jamais à Nagasaki qui semble dirigé par les réincarnations de cette saloperie de Savonarole, vu que les autorités locales ont condamné outre des oeuvres modernes des oeuvres historiques à la damnatio memoriae… Qui sont-ils sont ces censeurs de mes couilles pour décider de ce qui est bien et de ce qui est mal ???

note : 9,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

Pin It on Pinterest

Share This