Hub (scénario et dessin)
assisté par Emmanuel Michalak

Le Serpent et la Lance, Acte 1 :

Ombre-Montagne 

Bande dessinée, histoire / thriller 
Publiée le 20 novembre 2019 chez Delcourt

Depuis plusieurs mois, certains paysans découvrent les cadavres momifiés de jeunes femmes sauvagement assassinées. Afin d’éviter tout trouble, les autorités tentent de dissimuler ces horribles meurtres à leur peuple. L’enquête est discrètement confiée à Serpent, un haut fonctionnaire cruel privé de ses deux bras. De son côté, le prêtre Cozatl s’adjoint les services de son ami d’enfance, Œil-Lance…

Je n’ai jamais été complètement emporté par le travail de Hub alias Humbert Chabuel mais il fait partie des artistes pour qui j’ai le plus grand respect, dans son cas parce qu’on reconnaît toujours son style même quand il travaille en collaboration et parce que contrairement à d’autres il n’a jamais choisi la facilité !

Après sa saga Okko consacrée à un Japon Fantasy, et la série Aslak consacrée à une odyssée viking, il nous offre un thriller aztèque finement travaillé ! Et sans doute échaudé par son expérience précédente, il nous offre pour un tome d’introduction 180 pages qui rassemblent 4 albums en 1 seul volume (en sachant que tout à été écrit à l’avance pour évacuer toute incohérence).

En pleine famine apocalyptique naissent trois individus : le fils difforme d’un noble, le fils chéri d’un guerrier, le fils maudit d’un marchand… Les deux enquêteurs et le meurtrier ?
Car une génération plus tard frappe un serial killer dont les actes odieux menacent jusqu’à l’ordre établi (il enlèvent des jeunes filles avant d’exposer leurs cadavre énuclées, momifiés et à moitié recouvert de chaux-vive dans une posture bien connue des adorateurs et des prêtres du Dieu Tlaloc). Le Seigneur Tlacaelel inquiet pour ne pas dire terrifié demande à son conseiller Tlilpotoncatzin de trouver une solution, et celui-ci missionne son beau-frère dénommé Serpent d’étouffer l’affaire à n’importe quel prix. Le grand-prêtre Cozatl, d’un côté sentant qu’il va être le dindon de la farce et d’un autre côté averti par un oracle réputé infaillible, convoque son ami d’enfance Œil-Lance de la caste des marchands pour qu’il enquête lui aussi et pour qu’il prenne de vitesse leur ancien ennemi commun…

Le sommet de la montagne n’est jamais très loin du vide.

Voilà enfin un auteur qui a les couilles d’adapter le format à son récit et non son récit au format ! Hub prend tout son temps pour présenter ses nombreux personnages qu’on découvre à travers trois époques :
– il y a les scènes consacrées au temps jadis qui multiplient le foredowing, qui sont autant de petits cailloux blanc qui permettent de faire cogiter ses « petits cellules grises » : apparitions fantomatiques, rêves prophétiques, oracles fantastiques, et « le rôdeur » à la fois très vengeur impitoyable et très croquemitaine édulcoré sous la dénomination de « Nagual »
– il y a les scènes consacrés à l’enfance des personnages qui étoffent le relationship drama
– il y a les scènes du temps présent où l’enquête avance bon gré mal gré

Car oui on n’est pas très loin d’un Nom de la Rose précolombien : tout oppose Serpent / Bernardo Gui qui avec ses Vautours / Inquisiteurs est prêt à tout et au reste pour faire place nette, et Œil-Lance / Guillaume de Baskerville qui avec le vaillant chichimèque Longues-Jambes et la sage mixtèque Tchitchica (qui ne s’exprime que par idéogrammes), est là pour la révéler quoi qui lui en coûte !
Les sicaires de Serpent parcourent tout le pays avec les pleins pouvoirs, mais pourtant le crevard carriériste qui devait masquer la mort de quelques personnes se retrouve à devoir gérer plus de 25 victimes de plus en plus proches du pouvoir central. Néanmoins il a cerné le modus operandi du tueur donc s’approche de la vérité. Pendant ce temps Œil-Lance traîne des pieds et aimerait bien abandonner, autant pour son passif avec Serpent que pour ses interrogations face à la transformation de Cozatl autrefois idéaliste et maintenant carriériste. Mais il est rattrapé par les dernières volontés de son ancien-maître Ombre-Montagne qui avait deviné ce qui allait se passer et qui lui a confié une dernière mission : mettre fin aux agissement de son plus vieil adversaire…

L’auteur prend également tout son temps pour présenter la civilisation aztèque, et au-delà de la violence de leurs croyances il nous montre des élites qui martyrisent leur propre peuple avec une impitoyable politique de caste avant de martyriser tous les autres peuples avec une impitoyable politique de suprématisme… Comme le disant Karl Marx, le stade ultime du capitalisme est l’impérialisme, et c’est parfaitement explicite ici : Hub est-il une nouvelle victime de cette saloperie de macronisme ?

 

Pour une BD cela serait un crise de lèse-majesté que de ne pas parler graphismes, et ici c’est surtout fluide et dynamique. Du Hub quoi, mais ici assisté par son compère Emmanuel Michalak. Le dénommé Li responsable des couleurs alterne des couleurs chaudes pour le temps présent et un clair-obscur tout en gris pour le temps passé. Même si ce n’est pas ultime, tout cela relève du très bon travail quand même hein !

PS : Naming compliqué, vocabulaire compliqué, univers exotique… C’est une série qui se mérite, et on voit arriver avec leurs gros sabots élitistes pour ne pas dire suprématistes les inquisiteurs culturels et les commissaires littéraires toujours en quête d’originalité mais qui trouvent toujours le moyen de cracher sur cette dernière quand elle croise leur chemin !

note : 8,5/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This