Akiko Higashimura

Le Tigre des neiges, tome 2

Manga, histoire
Publié en VF le 21 février 2019 chez Le Lézard Noir
Publié en VO à partir de 2015 chez Shogakukan (« Yukibana no Tora »)

Nous sommes en l’an 9 de l’ère Tenmon (1540) et Torachiyo a onze ans. A la fin de l’année, son père Tamekage, qui continuait à diriger le clan Nagao même après que Harukage, grand frère de Torachiyo, ait pris sa succession, rend son dernier souffle.
la situation à Echigo est de plus en plus troublée, mais Harukage est de faible constitution et n’aime pas la guerre… après la mort de son père, Torachiyo est plus que jamais convaincue que c’est à elle de protéger le château. Mais l’année suivante, son corps connaît un bouleversement. Pendant ce temps, chez le clan Takeda de la province de Kaï, limitrophe d’Echigo, les vassaux ne peuvent plus supporter la violence de leur seigneur Nobutora et demandent à Harunobu de prendre une décision… les futurs Uesugi Kenshin et Takeda Shingen, rivaux éternels, ne se sont pas encore rencontrés mais leur destin est sur le point de basculer…

Dans ce tome 2 Akiko Higashinura continue de marcher dans les pas de Riyoko Ikeda la mangaka qui a fait entrer le women’s lib dans le monde des shojo avec Lady Oscar / La Rose de Versailles
Elle met en parallèle Takeda Shingen qui parvient au pouvoir en manipulant son frère et en écartant son père vivant et Uesugi Kenshin qui commence sa route vers le sommet en obéissant à son frère et en succédant à son père mourant. Mais elle met aussi en parallèle Kagetora qui enrage d’être un femme et Harukage qui regrette d’être un homme : le frère qui ne peut réaliser son rêve va tout faire pour que sa sœur réalise le sien et c’est ainsi qu’il décide de rompre avec toutes les traditions virilistes en organisant pour elle une cérémonie du genpuku alors que son principal conseiller Honjô Saneyori découvre avec stupéfaction la turbulente princesse du Mont Kasuga qui ne désire rien d’autre que de devenir chef de guerre et de mener les soldats de la Province d’Echigo à la victoire… Le destin est en marche donc To Be Continued !
Un manga aussi plaisant qu’intéressant, même si j’ai parfois un peu de mal avec le style graphique de l’auteur et que je tique sur tel ou tel gimmick typiquement shojo… (à noter que l’autodérision parvient à être au rendez-vous avec les pauses thé d’Akiko qui se moque d’elle-même durant ses aparté explicatifs concernant l’Histoire du Sengoku Jidai)

– Je n’ai pas envie de me marier, comme l’a fait grande sœur. Je ne veux pas non plus d’enfant. Je suis la réincarnation de Bishamonten… Dans le monde des dieux, il n’y a ni hommes ni femmes, mais s’il est impossible pour une femme ici-bas de partir en guerre, je veux que tu fasses de moi un homme, grand frère.

note : 7/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This