Didier Tarquin et Lyse Tarquin
(scénario & dessin)

U.C.C. Dolores, tome 2 :

Les Orphelins de Fort Messaoud

Bande dessinée, science-fiction / space-opera
Publiée le 20 novembre 2019 chez Glénat

Voilà trois semaines que l’UCC Dolorès a atterri en catastrophe sur l’île de Mety-Mety. Les Nouveaux Pionniers et leurs esclaves Rasseths travaillent avec acharnement dans les mines pour extraire un cristal de propulsion et permettre à Mony et Kash de reprendre la route. Pendant ce temps, la jeune femme s’entraîne dans le maniement des armes pour apprendre à se défendre toute seule, en prévision des épreuves qui l’attendent sur la Piste. Elle découvre alors sur une stèle l’existence d’une légende liée au culte des cristaux et dont le carnet de son père faisait déjà mention. L’histoire d’un immortel, considéré par les Rasseths comme le dieu des dieux : un certain Tassili le rouge…

 

Un tome 2 un peu bizarrement intitulé Les Orphelins de Fort Messaoud qui joue bon gré mal gré le rôle de tome de transition…

Kash essaye d’endurcir Mony tout juste sorti du couvent, et celle-ci dépasse de loin toutes ses espérances. Et c’est sans se forcer qu’ils découvrent ensemble que les gentils évangélisateurs sont d’impitoyables négriers au service de la ploutocratie galactisée et que les bons sauvages sont des indigènes radicalisés en quête de vengeance ! Mais qu’attendre d’autre d’infâmes managers hypercapitalistes et ultralibéraux, et d’un peuple asservi et exploité pour détruire ses héritages religieux et culturels au seul profit de cette saloperie de Veau d’Or ? La restauration de l’U.C.C. Dolores replonge le peuple rasseth aux pires heures de son histoire, et c’est au cœur de la folie que la Kash et Mony fuient à toutes jambes tandis que le mystérieux Tork révèle sa véritable nature et que la douce Sinoa révèle ses véritables sentiments… Dans sa fuite éperdue, l’U.C.C. Dolores croise à nouveau la route des Rednecks de l’Espâce et c’est la baston intersidérale à grand coup de rafalm !

– C’est très simple, si tu doutes, tu meurs ! Si tu hésites, tu meurs ! Si même tu trembles, tu meurs ! Seuls les muscles doivent penser, c’est juste une question d’instinct, compris ?

A l’image du tome 1 j’ai du mal à me positionner pour ce tome 2 (et malgré les chouettes dialogues truffés de punchlines). L’histoire avance à rythme forcé, et avec le sacro-saint mais totalement dépassé format de 48 pages on ne prend pas le temps de développer l’univers, l’histoire et les personnages comme il faut. Ainsi j’ai été déçu par les révélations de Kash : tout ça pour ça ? (alors on peut être en face d’une fausse piste, mais consacrer 6 pages sur 48 à un faux flashback serait contre-productif)

C’est le mythe de Tassili le Rouge qui fait le lien entre ambition et intrigues des uns et des autres, le journal de McMonroe et les crises de Mony. L’Église, les Rednecks de l’Espâce et le Maître des Robots seraient en quête du secret de l’immortalité et Mony qui a le corps et l’âme de la défunte Jessy en serait la clé…

D’un côté mine de rien on pourrait être dans la version space-opera de l’excellent Angel Heart, et si c’est le cas je vais applaudir des deux mains. D’un autre côté le couple Tarquin est aussi l’héritier de Christophe Arleston qui malgré sa carrière prolifique n’a su bien finir qu’une poignée de séries !

note : 7/10

Alfaric

Parce que notre avis n’est pas le seul qui vaille, quelle note mettriez-vous à cet ouvrage ?

 

 

Pin It on Pinterest

Share This