Sokura Nishiki
(scénario & dessin)
d’après Tsukasa Hojo

City Hunter Rebirth, tome 5

Manga, polar / humour
Publié en VF le 05 mars 2020 chez Ki-oon
Publié en VO là partir de 2017 par Tokuma Shoten dans Comic Zenon (« Kyou Kara City Hunter »)

Lorsque Saori rencontre un nouveau client du nom de Jack James, son quotidien est bouleversé. En effet, le jeune homme formule une demande pour le moins étrange : être hébergé pour échapper à un assassinat… Sauf qu’en réalité, il s’agit d’un tueur à gages dont le seul but est de mettre City Hunter à l’épreuve ! Avec l’apparition de J. J., le sombre passé de Ryo refait surface et, cette fois, ce n’est pas seulement contre un adversaire de taille qu’il va devoir se battre, mais aussi contre ses anciens démons…

Dans ce tome 5, Sokura Nishiki fait clairement du neuf avec du vieux, mais c’est parfaitement assumé !
Car oui on fait du réchauffé avec un personnage à l’air inoffensif qui se révèle ensuite être un ennemi, et même Kaori / Saori doit admettre qu’elle est une grosse gourde en ne reconnaissant pas le tas d’indices laissés par un schéma répétitif de la série originelle… Toujours est-il que l’invincible Umibozu protège Kaori / Saori de son corps, tandis que le City Hunter affronte en duel à mort J.J. le surdoué shooté à l’Angel Dust…

Il n’est de meilleur moyen de vaincre un ennemi que d’en faire un ami (pensée à jamais insondable pour la ploutocratie mondialisée obnubilée par la compétitivité), et droit de quota de flashbacks oblige Kaori / Saori et le City Hunter font ramener J.J. du Coté Clair de la Force. C’est ainsi que Kaori / Saori passe de spectatrice et d’actrice des arcanes de la saga City Hunter, avant d’en devenir la gardienne !

– Je ne compte pas sur la chance ou sur la volonté divine pour atteindre ma cible.

Car elle entre dans le chapitre 183 de sa série préférée intitulée La Sœur triste, mais plus rien ne se passe comme prévu avec la présence de J.J. le tueur sans peur sur le chemin de la rédemption. Elle n’évolue plus en terrain connu, et désormais tout est possible ! (d’autant plus que Shin Kaibara la Némésis de Ryo Saeba apparaît bien plus tôt que dans la série que connaît Kaori / Saori, et que enfants perdus de l’Angel Dust parcourent le monde pour retrouver le premier d’entre eux : City Hunter…)

J’aurais aimé lâché les étoiles mais il y a deux trucs qui font tâche quand même :
– Sokura Nishiki est un bon copycat de Tsukasa Hojo, sauf que dans l’original les arrières-plans étaient soignés et détaillés et dans la copie ils sont simple et basiques quand ils existentialiste
– il y a des faux-raccords indignes de l’édition moderne… Dans la même unité de lieu, de temps et d’action on passe en une planche d’une route de campagne en montagne et littorale à un terre-plein industriel tokyoïte et c’est n’importe quoi ! J.J. reçoit une balle dans l’épaule gauche mais est blessé à l’épaule droite et c’est n’importe quoi !

note : 7/10

Alfaric

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This