Tony Valente
(scénario & dessin)

Radiant, tome 4

Manga, Fantasy
Publié le 20 novembre 2015 chez Ankama 

Le combat est dans sa phase finale à Rumble Town ! Alors que le déferlement de fantasia semble mettre à mal la joueuse de flûte, Seth est isolé de l’affrontement par un individu dissimulé sous une cape d’inquisiteur. Qui est-il ? Que lui veut-il ? Ce face à face ébranle les convictions du jeune sorcier et les frontières entre alliés et ennemis s’amoindrissent plus que jamais. Alors que le destin de Rumble Town est à la merci des puissances en action, les Thaumaturges s’invitent dans la danse…

 

Ce tome 4 est la fin d’une ère pour l’auteur comme pour les lecteurs, mais d’abord et avant tout pour les personnages. Comme dans tout bon shonen nekketsu qui se respecte l’affrontement entre Hameline qui veut détruire Rumble Town et ses habitants et Seth qui veut sauver Rumble Town et ses habitants devient psychologique puis idéologique. Pour Hameline, Seth est celui qu’elle aurait pu devenir avec l’aide d’Oxumarè ; pour Seth, Hameline est celle qu’il aurait pu devenir sans l’aide d’Alma : ce qui les sépare c’est moins finalement moins les aléas de l’existence, que les conséquences tragiques des élites suprématistes qui divisent pour régner en ne laissant que des âmes brisées dans leur sillage avant de se loler sur leurs tombes…

Il n’est pas meilleur moyen de vaincre un ennemi que de s’en faire un ami… En baissant les armes, Seth remporte la victoire : lui et Hameline sont beaucoup trop proches pour continuer à s’affronter. Quel monde ensemble auraient-ils pu créer ? Nous ne le saurons jamais car tagada-tsoin-tsoin débarquent main dans la main le Grand Capital et la Bête Immonde, avec la peur et l’ignorance, le mépris et l’indifférence… Pour que l’un puisse s’enfuir et vivre, l’autre doit se sacrifier et mourir : on ne laisse pas le choix à Seth et celui-ci devra vivre avec cette tragédie !

C’est désormais à lui et à lui seul que revient la lourde tâche d’œuvrer à un monde meilleur, et pour notre nouvel avatar du Héros aux mille et un visages le sort tragique d’Hameline n’est que la première de la longue suite d’épreuves qu’il devra traverser pour être le changement qu’il veut être en son monde… Mais là tout de suite, c’est anéanti que Seth devient le Colère de Dieu sur Terre : c’est en mode berserk qu’il atomise Von Teppes, et qu’il met hors d’état de nuire Santori pour se fighter directement avec le boss de fin Torque le Fauve… Mais parfois toute la force du monde ne sert à rien, et la vengeance est vaine car elle ne permet pas de relever les morts…

On n’est pas obligé de choisir un camp. Mais on peut faire quelque chose.

C’est désormais une course contre la montre entre la Team Seth pour instaurer la liberté, l’égalité et la fraternité avant que le Grand Capital et la Bête Immonde n’instaurent l’esclavage, l’inégalité et la haine (sans parler des apprentis Seigneur des Cendres biens placés en embuscade, pour les gouverner tous, pour les trouver tous, pour les amener tous et dans les ténèbres les lier au pays de Mordor où s’étendent les ombres)… Oh oui le compte à rebours est lancé en fiction comme en réalité, parce que franchement on vit dans un monde peu réjouissant où les gens compte moins que l’argent. Seth doit sortir de se déprime pour tenir les promesse qu’il a faites à Hameline : prochaine étape Cyfandir et ses Chevaliers-Sorciers !

Comme le dit Tony Valente lui-même, difficile de vendre ça à des preneurs de décisions français pour qui les bandes dessinées et les dessins animées ne sont que du temps de cerveau disponible destinés à refourguer de la merde franchisée aux enfants (et donc à leurs parents, surtout quand les enfants deviennent parents à leur tour : c’est ce qu’on appelle le Propaganda Disney, et ce n’est pas comme si d’anciens spécialistes nazis de la question avaient été récupérés par les Yankees)…

 

note : 8,5/10

Alfaric

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This