Isabelle Dethan
(scénario & dessin)

Le Roi de Paille, tome 1 :

La Fille de Pharaon

Bande dessinée, histoire / antiquité
Publiée le 24 janvier 2020 chez Dargaud

Dans la ville de Saïs, en Égypte, la jeune Neith, fille de Pharaon, est remarquée par son père lors de sa danse pour un rituel sacré. Et contre toute attente, c’est elle qu’il choisit pour effectuer la danse de la purification. L’une de ses sœurs la met aussitôt en garde : il vaut mieux qu’elle échoue dans sa prestation si elle ne veut pas finir dans la couche de leur père… Incapable de se ridiculiser devant tant de monde, Neith n’a plus d’autre choix que de s’échapper avec Sennedjem, son demi-frère, qui compte quitter discrètement le Palais. Mais leur fuite s’avère de courte durée. Capturés par des marchands d’esclaves, ils sont amenés auprès de leur ennemi, Nabù-kudduri-usur, roi de Babylone. Le rang social de Neith et Sennedjem est rapidement percé à jour et le roi y voit là une occasion en or. Tout laisse à penser qu’il a trouvé son roi de paille, ce substitut royal destiné à tromper les dieux durant la période prédite comme néfaste… avant d’être sacrifié pour conjurer le mauvais sort !

Après des détours par la Rome antique et la Grèce antique, Isabelle Dethan revient à ses premières amours à savoir l’Orient Ancien. Elle nous dit que Le Roi de Paille sera une histoire en deux tomes, mais rien n’est moins sûr car elle avait déjà dit cela pour Sur les Terres d’Horus qui comptent actuellement 8 tomes… Elle assure toujours le scénario, le dessin et la colorisation et force est de constater que moult planche forment de splendides aquarelles aux tons pastels : c’est super beau !

Dans ce tome 1 intitulé La Fille de Pharaon nous sommes en 563 avant J.-C., entre la chute de l’Empire Assyrien et l’ascension de l’Empire Perse, et Égyptiens et Babyloniens essayent de tirer les marrons du feu sous la surveillance des Mèdes en embuscade pour faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre (ou pour tirer la couverture à eux). Nous découvrons le prince Sennedjem qui se plaint d’être trop loin du pouvoir, et la princesse Neith qui se plaint d’être trop proche du pouvoir car Pharaon en manque de chair fraîche veut mettre sa fille dans son lit après y avoir mis sa mère. Pour les deux jeunes gens qui ont soif d’aventure, l’occasion est trop belle pour se faire la malle mais aussitôt partis aussitôt asservis et c’est ainsi qu’il se retrouve au palais du Roi de Babylone qui se fait une joie de faire la nique à son rival…

– Emmène-moi avec toi, Sennedj’ !
– Neith, je ne…
– Tu sais que c’est la solution pour moi : je viens avec toi.
– Neith ! Hors de ces murs, c’est un monde violent qui m’attend ! Sans gardes du corps, sans serviteurs, où l’on se ride au soleil, où l’on se bat pour manger ! Où les femmes sont des proies ou des victimes !
– Tu crois que je vais être quoi, dans le lit de notre père ?

Ce qui les sauve et les condamne tout à la fois c’est que la cour de Babylone est le même panier de crabe que la cour de Saïs : le roi est en conflit avec son fils et héritier, d’autres prétendants son en embuscade, ministres, aristocrates, soldats et esclaves se surveillent les uns les autres et pour ne rien gâcher espions et assassins pullulent. Et en plus les astres ne sont pas propices et les signes sont néfastes… Neith finit servante de Shamhat l’unique amour du prince héritier qui lui a donné deux enfants, et Sennedjem est destinée à servir de Roi de Paille / Bouc Émissaire pour mourir avec toute la malchance qui aurait dû revenir au Roi de de Babylone (c’est le concept qui donne à la BD son titre et son fil conducteur, et vu le nombre de roi de paille à l’époque la situation devait être vachement tendue).

Les deux jeunes gens sont naïfs, et il faut qu’arrive l’Ombre de Sekhmet agent spécial de Pharaon pour qu’ils aient vraiment leur chance. Les rebondissements s’enchaînent et les cliffhangers de fin ouvrent toutes les portes : tout le monde se tient par la barbichette, si le Roi de Babylone découvre le pot aux roses c’est fini pour le monde, mais c’est aussi l’occasion pour le prince d’écarter son père qui veut faire de sa femme et la mère de ses enfants une simple esclave… Neith ne veut pas abandonner Sennedjem, Sennedjem ne veut pas abandonner Neith et l’un comme l’autre ne veulent pas échapper à un tyran pour retomber dans les griffes d’un autre : pour s’en sortir ils vont devoir grandir, et le plus vite possible !

note : 8/10

Alfaric

2 Commentaires

  1. Aelinel Ymladris

    Oh super! Je ne savais pas qu’Isabelle Dethan avait sorti une nouvelle BD ! Je l’achète la semaine prochaine !

    Réponse
    • Alfaric

      un nouvel ouvrage d’Isabelle Dethan c’est toujours un petit événement ^^

      Réponse

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :