Tetsuo Hara
(scénario & dessin)
supervisé par Buronson

Sôten no Ken,

tome 4

Manga, histoire / arts martiaux 
Publié en VF en 2004 par Panini Comics, republié en avril 2021 par Mangetsu
Publié en VO entre 2001 et 2010 par Shinchosha dans Shuukan Comic Bunch (« Souten no Ken / 蒼天の拳 »)

Au cours de son combat contre Lingwang, Kenshirô découvre ce qui est vraiment arrivé à Yuling. Sa bien-aimée s’est vue privée de tous ses souvenirs et mène une vie bien différente, loin de Shanghai. Hélas, Kenshirô ne peut se permettre de se lancer à sa recherche. Alors qu’on pensait l’Union du Pavot à l’agonie, elle prépare en effet sa contre-attaque dans l’ombre, sous l’égide de son numéro 2 : Zhang Taiyan ! Or cet expert du Hokuto Sôkaken, connu sous le nom de « voleur de mariées », ne fera preuve d’aucune clémence envers ses ennemis…​

​Dans ce tome 4 la guerre des gangs continue à Shanghai la ville du mal, la Chicago orientale, entre le Syndicat de Jade qui vient de renaître et l’Union du Pavot Sanglant qui fait appel à des renforts extérieurs en provenance de la guerre en Mandchourie contre les Japonais…

ATTENTION SPOILERS L’auteur est toujours aussi doué pour la grande tragédie, puisque la sœur de Charles de Guise retrouve la mémoire pour être assassinée dans un attentat à la bombe avant d’avoir pu retrouver son frère. C’est peut-être aussi une allusion à Jean-Pierre Polnareff dans JoJo’s Bizarre Adventure : Stardust Crusaders, qui lui-même était une allusion à Rei dans Hokuto no Ken… Charles de Guise est anéanti, mais Kenshiro ivre de colère jure lui de la venger le plus rapidement et le plus violemment possible… FIN SPOILERS

Tout le tome est centré sur la confrontation entre Kenshiro et Zhang Taiyan surnommé « le voleur de mariée » qui peuple ses bordels de ses trophées personnels (on dirait peu ou prou Yuda dans Hokuto no Ken). Le master plan du méchant est de semer le chaos et la désolation dans Shanghai, pour apparaître ensuite comme un sauveur en ordonnant aux soudards mercenaires qu’il a lui-même fait amener de quitter la ville. Mais les choses sont plus difficiles que prévu entre les exploits Kenshiro, du Syndicat de Jade ou des Sikhs et des Gurkhas de la concession anglaise…

– L’amour rend les hommes aveugles. Dans notre milieu, c’est l’émotion la plus dangereuse qui soit. »

​Tout ce qui est fait autour des soldats nomades qui se retrouvent apatride avec la colonisation japonaise en Mandchourie d’abord, en Chine ensuite est assez intéressant. On apprend ainsi que Tchang Kaï-Chek a largement financé sa carrière et ses ambitions par ses liens avec la pègre et le trafic d’opium…

Mais niveau humour on nous ressort pour la troisième fois des méchants cartoonesques plus ou moins grotesques. Après les mafieux en prothèses qu’il ne fallait pas regarder, après le mafieux en perruque d’acier qu’il ne fallait pas regarder, voici le mafieux géant dont il ne faut pas évoquer le problème de hauteur. Celui qui brise le tabou est écrasé sans pitié, allié ou ennemi. Ça gâche tout le reste, et en plus ça prend pas mal de pages…

Kenshiro a retrouvé Yuling, Zhang Taiyan veut s’en emparer, mais elle est fiancée à son grand frère maréchal dans l’armée chinoise : et ben ça promet pour la suite !

note : 7,5/10

Alfaric

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This