Hideyuki Furuhashi (scénario)
BETTEN COURT (dessin)
d’après Kôhei Horikoshi

Vigilante, My Hero Academia Illegals tome 1

Manga, science-fiction / super-héros
Publié en VF le 07 septembre 2017 chez Ki-oon
Publié en VO à partir de 2016  par la Shueisha dans Shounen Jump + / Shounen Jump GIGA (« Vigilante – Boku no Hero Academia Illegals / ヴィジランテ 僕のヒーローアカデミアILLEGALS»)

Un nouveau combattant de l’ombre est arrivé en ville. D’abord admiratif, Koichi finit par se rendre compte que l’homme a une conception un rien extrême de la justice… car c’est la mort assurée pour ceux qui croisent la route de Stendahl, qu’ils soient criminels endurcis ou simples délinquants ! Heureusement, il n’est pas de taille face à Knuckle Duster, qui brise son masque et ses illusions d’un seul coup de poing.
L’épisode aura montré que The Crawler n’est pas encore capable de tenir tête à des adversaires de haut niveau… Mais pour l’heure, l’étudiant à d’autres problèmes : à cause de sa double vie, ses notes son en chute libre !

D’habitude je me superméfie des séries dérivées japonaises car pour 1 bon spin-off on doit se coltiner au moins 10 daubes… Mais avec le même univers, les mêmes thématiques et la même charte graphique, les auteurs de Vigilante – My Hero Academia Illegals parviennent à un résultat qui est à la fois différent et complémentaire par rapport à la série mère de Kohei Horikoshi. Hideyuki Furuhashi n’arrive pas à égaler ses scenarii et BETTEN COURT n’arrive pas à égaler les dessins, mais quand la bonne volonté et la bonne humeur sont là c’est toujours plaisant !

Koichi est un étudiant boloss le jour, un vilgilante doté un d’un pouvoir minable la nuit (on t’as reconnu Kick-Ass de Mark Millar). Même si on se moque de lui, il brûle de rendre service à la communauté, et tout change le jour où il rencontre Pop Step une lycéenne introvertie qui s’éclate comme en idol masquée (on t’as reconnue Shadow Lady de Masakazu Katsura), et Knuckle Duster un vieux dur-à-cuire qui veut lutter à tout prix contre le crime, un rôle auquel il n’a jamais été prédestiné (whaou festival de références yankees puisqu’il emprunte toute ou presque aux super-slip new-yorkais : Spiderman, Daredevil, Punisher, Iron Fist, Luke Cage et cie). Les trois loosers se complètent, chacun apportant aux autres ce qui lui manque et le tout est supérieur à la somme des parties : de nuit puis de jour ils patrouillent dans les rues pour traquer les dealers d’idio-trigger en espérant réussir là où la police a échoué… Le message basique mais humaniste des shonens de type nekketsu une fois de plus joue à fond : avec des efforts et de la volonté, de tous les obstacles on peut triompher ! Pour ne rien gâcher on croise régulièrement les super-héros de la série mère, et la fête est complète avec un comic-relief assuré par deux voyous otaku inspirés de Cyclope et Wolverine des X-Men ! mdr

– Un puissant alter, un permis de héros… Tout ça n’a absolument rien à voir avec la véritable justice !! Quand le devoir t’appelle… Es-tu capable ou non de passer à l’action ?! Voilà ce qui détermine si tu as l’âme d’un héros !!

Considéré comme des criminels par les héros, considérés comme des justiciers par les vilains, les vigilantes sont dans le collimateur de tout le monde à commencer par celui de la police… Mais à l’heure où on critique les mutants dotés d’un alter puissant devenus des justiciers rémunérés qui ne peuvent officier sans un permis d’exercer, les vigilantes ne sont-ils pas une solution ? Pourquoi les loosers et les boloss n’auraient-ils pas eux aussi le droit de sauver le monde ?? Légalité et moralité, citoyenneté et sens de la justice, entraide et solidarité : et si l’éducation civique était compatible avec la grosse déconne super-héroïque ???

J’ai passé un moment d’autant plus agréable que je ne m’y attendais pas, mais je ne lâche pas étoiles parce que le fanservice bien que pas spécialement boobesque prend une part non négligeable… Toutefois j’ai trouvé que l’humour vie de quartier était fort sympathique : Koichi qui a toujours souffert de solitude dans son appartement vide situé au sommet d’un taudis inhabité se retrouve du jour au lendemain à devoir cohabiter avec ses coéquipiers délurés, et après tant de vide dans son existence il revit carrément ! Ah je n’avais plus lu / vu ça depuis Rumiko Takahashi…

note : 6/10

Alfaric

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This